Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Chaînes de valeur agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale

Photo by Johny Goerend on Unsplash Cet atelier organisé par l'Agence française de développement et la Ferdi a pour objectif d’explorer les conditions de la compétitivité de l’agriculture familiale face aux nouvelles chaînes de valeurs agricoles.

Workshop / Atelier

"Agricultural value chain development and smallholder competitiveness" / "Chaînes de valeur agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale"

Thursday November 15, 2018, in Paris / Jeudi 15 novembre 2018 à Paris

Organized by / Organisé par la Ferdi et l'AFD

Les filières agricoles et alimentaires sont en cours de changements profonds et rapides. Ceci a lieu non seulement dans les pays industrialisés mais aussi dans les pays en voie de développement, y compris en Afrique sub-Saharienne où l’agriculture est dominée par les entreprises familiales. Ces changements ont leur origine dans l’augmentation des revenus, l’urbanisation, les nouveaux régimes alimentaires avec la consommation d’une plus grande diversité de produits, et la révolution de la distribution avec la présence croissante des supermarchés. Ces changements créent des gains évidents pour les consommateurs, mais aussi une nouvelle réalité pour les paysans à laquelle ils doivent s’adapter, ce qui implique une menace pour leur survie s’ils ne le font pas et une opportunité de gains de revenu s’ils le font. La menace est d’être  « remplacée » dans leur accès aux consommateurs domestiques par des aliments importés et une production domestique dans des systèmes verticalement intégrés. Avec la petite agriculture incluant la grande majorité des pauvres à l’échelle mondiale, les implications sociales de l’échec peuvent être énormes, devenant la source de tensions sociales et d’une émigration rurale massive. L’opportunité est d’accéder à des marchés dynamiques et rémunérateurs qui rendent possible l’adoption du changement technologique, la diversification des systèmes de production, l’investissement dans l’amélioration de la qualité, avec pour résultat l’amélioration des standards de vie. Pour que les opportunités prennent le pas sur les menaces, l’inclusion de l’agriculture familiale et sa réactivité face à l’évolution des chaines de valeurs alimentaires sont essentielles.  Dans ce contexte, différents paramètres ont un rôle important comme les organisations de producteurs, la contractualisation, la reconnaissance de la qualité, et l’adoption de nouvelles technologies.

Cet atelier avait pour objectif d’explorer les conditions de la compétitivité de l’agriculture familiale face aux nouvelles chaînes de valeurs agricoles. L’agenda est centré sur quatre questions :

  1. Comment les changements dans les filières agricoles et alimentaires affectent-ils les options de transformation agricole et rurale, créant ainsi à la fois des menaces et des opportunités pour l’agriculture familiale ?
  2. Quelles options pour l’inclusion de l’agriculture familiale dans ces chaînes de valeur transformées ?
  3. Comment rédiger des contrats bénéfiques à la compétitivité et à l’accompagnement social de l’agriculture familiale?
  4. Comment obtenir la reconnaissance de la qualité sur les marchés et soutenir la réactivité de l’agriculture familiale ?

L’atelier a réuni des chercheurs et des acteurs du développement, pour discuter de ces questions sous la forme de présentations, discussions, et consultations en panel. L’ambition, dix ans après la publication du Rapport sur le Développement dans le Monde, est d’ouvrir de nouvelles perspectives  pour que l’agriculture joue pleinement son rôle au service du développement.

 

 

 

 

 

 

 

A lire :

de Janvry, A.,  Macours K., Sadoulet, E. (eds) (2017) Learning for adopting: Technology adoption in developing country agriculture, Ferdi, 120 p.

 

Le 15 novembre 2018, La Ferdi en partenariat avec l'AFD a organisé à Paris un atelier sur les chaines de valeurs agricoles et la compétitivité de l'agriculture familiale.

Ce rendez-vous annuel sur des sujets liés au rôle de l'agriculture pour le développement proposé par la Ferdi avec le concours d'Alain de Janvry et Elisabeth Sadoulet a pour objet de faire un état des lieux régulier de la recherche sur le sujet et d'examiner comment les résultats de la recherche peuvent intervenir pour l'amélioration des politiques publiques.

L'objectif de l'atelier "Chaines de valeurs agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale" était de définir comment inclure les petits agriculteurs des pays en développement aux nouvelles chaînes de valeur agricoles et comment utiliser cette inclusion comme un instrument de modernisation de cette petite agriculture?

L'atelier était organisé en deux sessions -l'une sur l'impact des chaines valeurs sur le développement, la seconde sur les mesures à mettre en œuvre pour impliquer les petits producteurs à participer aux chaines de valeurs- et une table ronde réunissant des acteurs du développement impliqués dans cet effort: la fondation Avril, la fondation Farm et Proparco de l’AFD.

L'atelier a réuni un public d'une quarantaine de personnes autour des intervenants :

  • Christophe Angely, Ferdi
  • Gaëlle Balineau, AFD
  • Tanguy Bernard, Université de Bordeaux,  IFPRI
  • Catherine Bureau, Fondation Avril
  • Christophe du Castel, AFD
  • Marie-Hélène Collion, Consultante Banque mondiale
  • Jean-Christophe Debar, fondation FARM
  • Vianney Dequiedt, Cerdi - Université Clermont Auvergne
  • Patrick Guillaumont, Ferdi
  • Alain de Janvry, Université de Californie à Berkeley, Ferdi
  • Frédéric Lançon, CIRAD
  • Raphaël Plihon,  Proparco
  • Johan Swinnen, Université de Louvain

Résultats de l'atelier

L'atelier s'est attaché à déterminer la contribution des chaines de valeur agricoles à la croissance agricole et la réduction de la pauvreté, et à la manière dont les petits producteurs peuvent être associés à ces chaines.

Pourquoi un atelier sur les chaines de valeurs agricoles?

En introduction, Patrick Guillaumont (Ferdi) a rappelé la publication prochaine du rapport annuel de la Banque mondiale sur le développement dans le monde. Ce rapport portera spécifiquement sur les chaines de valeurs et ne fait pourtant mention nulle part de l'agriculture. Or, depuis plusieurs années les recherches et notamment celles d'Alain de Janvry et Elisabeth Sadoulet, tendent à montrer le rôle capital que l'agriculture peut jouer pour la croissance économique et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement. Dans ce contexte, exclure l'agriculture des chaines de valeurs semble être une omission à remédier.

En quoi les chaines de valeurs sont-elles "nouvelles"?

Les filières agricoles et alimentaires sont en cours de changements profonds et rapides dans les pays en développement. Les changements de comportements alimentaires d'une population de plus en plus urbaine et l'accroissement de la demande intérieure pour des produits alimentaires à haute valeur ajoutée (produits transformés, nouvelles consommations..) induisent une transformation des chaînes de valeur dans les pays en développement qui sont alors tirées par la demande. La structure même des chaines de valeur se modifie avec des niveaux de coordinations et d'interaction différents entre les acteurs, l'agro-industrie et la grande distribution prenant une place de plus en plus importante.

L'enjeu est alors double pour l'agriculture des pays en développement : il s'agit d'une part de développer les chaines de valeur agricoles pour répondre à la demande du marché intérieur et rester compétitif à l'égard des produits importés et d'autre part d'inclure les petits producteurs à ces nouvelles chaines de valeur.

L'enjeu pour les petits producteurs

Le développement des chaines de valeur est potentiellement source de croissance du secteur agricole en contribuant à la modernisation et à la transformation de l'agriculture. Les chaines de valeurs agricoles peuvent être un levier de croissance et de réduction de l'extrême pauvreté à la condition que les petits producteurs puissent être inclus aux chaines de valeur.

La passation de contrat ou le versement de salaires des intervenants de la chaine (fournisseurs, coopérative, transformateur..) aux petits producteurs sont pour ceux-ci une promesse d'augmentation de revenu ou de modernisation. Les contrats peuvent être un instrument efficace d’accès à des produits et services qui ne sont pas accessible par le marché  tels que intrants, crédit, assurance, assistance technique, contrôle qualité et garanties de prix. L'inclusion à une chaine de valeurs représente donc une forte opportunité d'accroitre leur niveau de vie mais il est difficile pour eux d'être inclus: les contrats sont difficiles à mettre en œuvre et à respecter aussi bien pour les producteurs que pour les partenaires commerciaux.

Comment favoriser le développement des chaines de valeurs et l'inclusion des petits producteurs?

Plusieurs facteurs rendent une chaine de valeur agricole potentiellement efficace :

  • La capacité d'organisation des intervenants de la chaine de valeur (organisation de producteurs, interprofession)
  • La capacité à inclure les producteurs locaux et à les fidéliser
  • La capacité à trouver des financements (fonds d'investissements par exemple)
  • La capacité à produire des produits à forte valeur ajoutée (produit de bonne qualité, avec un packaging, s'inscrivant dans une démarche marketing avec un business plan)
  • La reconnaissance de la qualité des produits (via des certifications par exemple). Si la qualité de la production est importante, la détection de cette qualité (autre que par une analyse visuelle incertaine et insuffisante) et sa certification sont essentielles à l'efficacité d'une chaine de valeur.
  • Un marché sécurisé en termes de débouchés et de prix
  • Un marché intérieur développé

Et plusieurs facteurs favorisent l'inclusion des petits producteurs :

  • Leur capacité à devenir des petits investisseurs
  • Leur capacité à s'organiser et négocier
  • Leur capacité à transformer leur mode d'agriculture tout en protégeant leur sécurité alimentaire

Toutefois, les chaines de valeurs ne se mettent pas spontanément en place. L'Etat et les bailleurs de fonds ont donc un rôle important à jouer en termes d'organisation, d'investissement de départ ou de régulation.

De même, l'inclusion des petits producteurs à une chaine de valeur nécessite de leur donner les atouts nécessaire en termes de terres, outils de travail et compétences. Dans ce cadre également, l'intervention de l'Etat ou des acteurs du développement est nécessaire.

En conclusion,

La capacité de levier du développement des chaines de valeur agricoles reste encore trop sous-estimée par les Etats et les acteurs du développement. Cet atelier a permis d'aborder et de discuter nombre de sujets liés au développement des chaines de valeurs et de l'inclusion des petits producteurs. C’est un vaste sujet, prometteur aussi bien pour la recherche que pour des programmes de développement, qui mérite une attention soutenue.

 

Présentations power point :

Alain de Janvry, Elisabeth Sadoulet : Changes in food value chains and opportunities for agricultural and rural transformations

 

 

 

 

Johan Swinnen : Inclusive Value Chains, Agricultural Development and Poverty Reduction

 

 

 

 

Frédéric Lançon : Agricultural Value chains inclusiveness and domestic demand

 

 

 

 

Marie-Hélène Collion : Small holder inclusion in VC through Productive Alliances (PA): 13 years of World Bank  experience in LAC

 

 

 

Vianney Dequiedt : Product quality in supply chains

 

 

 

Tanguy Bernard : Markets for Lemons in African agriculture - Wheat in Ethiopia

 

Thursday November, 15th / Jeudi 15 novembre

14.00 – 14.10

Opening remarks

Patrick Guillaumont, President of Ferdi  / Président de la Ferdi

14.10 – 15.25

Session 1: Value chains and development

Chair: Christophe Angely, Head of Strategy of Ferdi / Directeur de la stratégie de la Ferdi

  • Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

"Changes in food supply chains and opportunities for agricultural and rural transformations"

  • Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain

"Supply Chain development and options for smallholder inclusiveness"

  • Frédéric Lançon, Economist at CIRAD / Economiste au CIRAD

"Value chains inclusiveness and domestic demand"

Discussant: Marie-Hélène Collion, Consultant to the World Bank, Agriculture and Rural Development / Consultante à la Banque mondiale, Agriculture développement rural

15.45 – 17.00

Session 2: Incentives for smallholder participation

Chair: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

  • Vianney Dequiedt, Vice-President in charge of Collegiums et Professor at the Cerdi, Auvergne Clermont University / Vice-Président en charge des Collegiums et Professeur au Cerdi, Université Clermont Auvergne

"Promoting quality in agri-food supply chains"

  • Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD

"Experiences in smallholder inclusion: contracting, certification and fair trade"

  • Tanguy Bernard, Professor at Bordeaux University and IFPRI / Professeur à l'Université de Bordeaux et IFPRI

"Quality recognition in markets and smallholder responsiveness"

Discussant: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

17.00 – 18.00

Panel discussion: What can be done to promote smallholder competitiveness in restructured supply chains, with an emphasis on the roles of quality recognition and contacting?

Chair : Alain de Janvry, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

Introductory comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain

Catherine Bureau, Deputy Director for programs at the Fondation Avril /  Directrice déléguée aux programmes de la Fondation Avril

Jean-Christophe Debar, Director at FARM Fondation / Directeur de la fondation FARM

Raphaël Plihon,  Deputy Head Manufacturing, Proparco / Adjoint industrie, Proparco

Concluding comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain

 

Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI
ICABR-World Bank meeting, Washington D.C., June 13-15, 2018
 
Vianney Dequiedt, Vice-President in charge of Collegiums et Professor at the Cerdi, Auvergne Clermont University / Vice-Président en charge des Collegiums et Professeur au Cerdi, Université Clermont Auvergne
 
Marie-Hélène Collion, Lead Agriculturist, LCSAR (Latin America and Caribbean region, Agriculture and Rural Development), World Bank.
 
Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD
 
André Devaux, Latin American Regional Program for the International Potato Center (CIP), Quito, Ecuador, Maximo Torero, Division of the International Food Policy Research Institute, Jason Donovan, World Agroforestry Centre (ICRAF), Lima, Peru, and Douglas Horton, independent applied researcher and evaluator.
 
Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI with Tanguy Bernard and Kyle Emerick
 
Gashaw T. Abate, IFPRI, MTID and Tanguy Bernard, University of Bordeaux, IFPRI