Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Forum ECOSOC sur le suivi du financement du développement

La Ferdi, la Mission permanente du Danemark et l’OCDE ont organisé un événement parallèle sur la mobilisation des ressources

Le forum ECOSOC sur le suivi du financement du développement était organisé du 18 au 20 avril 2016 au siège des Nations unies à New-York.

La Ferdi, la Mission permanente du Danemark et l’OCDE y ont organisé un événement parallèle sur la mobilisation des ressources :

Mobiliser davantage et de meilleures ressources en faveur du financement pour le développement et la réduction des vulnérabilités
  • Date: 19 Avril 2016, 18h30 – 20h00
  • Lieu: Salle CR-8 (Conference Room 8, General Assembly Building 1B)

Organisé par :

Organisation par l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE), la mission permanente du Danemark et la Fondation pour les études et recherches sur le développement international (Ferdi).

Présentation :

L’Aide publique au développement (APD) a atteint en 2014 son plus haut niveau historique avec 137,2 milliards de dollars apportés, et restera un pilier essentiel du financement du développement, en particulier pour les pays les plus pauvres. Cependant, l’aide ne peut à elle seule suffire à relever les défis les plus profonds du développement qui requerraient annuellement plusieurs milliers de milliards de dollars pour qu’aucun individu ne soit exclu.

L'Agenda d’Action d’Addis Abeba (AAAA) adopté en juillet 2015 fournit un cadre global pour le financement du développement durable. Cet ambitieux agenda vise à rendre cohérent les flux et les politiques de financement avec la vision portée par l’Agenda 2030 pour le développement durable. Universel par nature, le AAAA ouvre la voie à un renforcement des moyens de mise en œuvre et du partenariat global visant à atteindre les 17 objectifs du développement durable (ODD).

Pour parvenir à la réalisation des objectifs de l'AAAA, la durabilité doit être promue dans toutes ses dimensions (économique, sociale, environnementale). Cela implique que les vulnérabilités soient réduites grâce à des instruments et des moyens de mise en œuvre pertinents et adaptés. Le AAAA requiert donc la mobilisation, la mesure et le suivi de toutes les ressources disponibles, notamment de l’aide au développement mais aussi au-delà de l’aide – les ressources fiscales, les investissements privés (IDE), la philanthropie et les transferts de fonds des migrants.

L’agenda international du développement nécessite une évolution des mentalités en faveur d’une révision des concepts traditionnels. Les fonds doivent être mis en commun selon leur objet et non leur source, avec efficacité et cohérence comme principes généraux. La mise en place de normes et de règles est nécessaire pour assurer l’impact positif du secteur privé sur le développement.  L’élaboration d’un cadre de mesure renouvelé, le Support Public Total pour le Développement Durable (SPTDD ou TOSSD en anglais), en complément de l’APD – mais pas en remplacement – vise à répondre au besoin d’un « GPS » sur les progrès en matière de financement des ODD dans les pays en développement.

Pour relever le défi de l’Agenda 2030, il sera indispensable de renforcer les liens entre les initiatives et les plateformes de transparence afin d’améliorer les processus d’enseignements mutuels et d’échanges d’expériences pour s’assurer que nous sommes collectivement sur la bonne voie et que nos stratégies de financement ne laissent personne en chemin.

Liens externes :

L'Agenda d’Action d’Addis Abeba (site internet des Nations unies)

Countries reach historic agreement to generate financing for new sustainable development agenda (site internet de la 3e conférence internationale sur le financement du développement )

Les statistiques de l'aide au développement (site de l'OCDE).

A lire :

Le nouvel agenda international du développement, adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2015, s’étend aux biens publics mondiaux et trace la voie d’un développement durable et universel. La réalisation des nouveaux objectifs du développement durable (ODD) nécessite de mobiliser des ressources publiques et privées considérables et de mettre en œuvre des politiques permettant de les utiliser efficacement. Cet ouvrage, rédigé par plus de quarante auteurs choisis parmi les meilleurs experts internationaux et de hautes personnalités du Nord et du Sud, examine comment le financement peut permettre d’assurer la durabilité du développement en s’attaquant aux différentes formes de vulnérabilité qui le menacent.

Structuré autour des trois dimensions de la durabilité – économique, sociale, environnementale –, ce livre met en lumière le rôle croissant de nouveaux types de financement en même temps que l’importance maintenue de l’aide publique au développement pour les pays pauvres et vulnérables. Il souligne la nécessité de différencier les instruments de financement selon les caractéristiques des pays bénéficiaires et la nature des défis auxquels ils font face. Chaque contributeur présente de façon originale et indépendante un point précis du débat.

Commander (éditions Economica)

Modérateur:

· M. Mario Pezzini, Directeur par intérim, Direction pour la Coopération au Développement, OCDE

Participants :

· M. Mahmoud Moheildin, Premier vice-président pour le Programme de développement à l'horizon 2030, Relations avec les Nations Unies et Partenariats, Banque mondiale

· S.E.M. Martin Bille Hermann, Secrétaire d'État à la politique de développement, Danemark

· S.E.M. Ato Ahmed Shide, Ministre d'État  à la coopération économique et financière, Éthiopie

· M. Wade Warren, Administrateur adjoint, Bureau for Policy, Planning and Learning (PPL), USAID

· Mme Erica Gerretsen, Directrice de l'Unité Financing and Effectiveness, Commission européenne

· M. Désiré Vencatachellum, Directeur de la mobilisation des ressources et des financements externes, Banque africaine de développement.

· M. Patrick Guillaumont, Président de la Ferdi

 

Mobilising more and better resources in support of financing for sustainable development and reducing vulnerabilities - remarks by Patrick Guillaumont :