Forum public de l'OMC

Participations de la Ferdi à deux sessions du Forum sur les PMA et sur la gouvernance commerciale mondiale.

Séance 8 : PMA

Organisée par LDC IV Monitor and IDEAS Centre

Les économies des pays les moins avancés (PMA)
ont fait des progrès constants jusqu'à l'effondrement de l'économie mondiale en 2008, et elles sont actuellement sur la voie d'un redressement hésitant.
Les exportations de matières premières et de produits semi-transformés vers les marchés des pays développés et des grandes économies émergentes restent la principale source de croissance. Les nouveaux investissements sont destinés essentiellement au secteur des ressources naturelles des PMA et ils ne créent des emplois et de la valeur ajoutée qu'à court terme. Les possibilités d'exporter des services restent très limitées.
La croissance dans ces pays a peu contribué à la création d'emplois durables et à l'augmentation de la valeur des produits exportés et elle n'a guère aidé à trouver de nouveaux marchés.
Dans un environnement économique de plus en plus volatile, conjugué à la paralysie du Programme de Doha pour le développement de l'OMC, la diversification et la flexibilité des économies des PMA sont devenues plus que nécessaires. Ce besoin a été accentué par les évolutions récentes des flux d'échanges et d'investissements et la modification de leurs arrangements institutionnels. Les PMA sont confrontés à un sérieux dilemme quant aux perspectives de transformation structurelle de leurs économies. L'une des grandes questions est de savoir comment faire un pas en avant décisif en augmentant les possibilités d'exportation de marchandises et de services et en créant un cadre économique propice aux investissements et à l'expansion du commerce.

La séance a mis l'accent sur deux questions essentielles:

• la diversification de la base d'exportation et l'ouverture de nouveaux marchés d'exportation :

►Présentation de Jaime de Melo (Ferdi) : Les PMA à la croisée des chemins : statu quo ou développement durable?
►Présentation de Vinaye Ancharaz (ICTSD) : Promoting Export Diversification in African LDCs

• la création d'un cadre économique prévisible et transparent.

La session 8 en détail
Les participants à la session 8
 

Séance 41 : Gouvernance commerciale mondiale

La nature de la gouvernance commerciale au XXIe siècle est grandement influencée par l'évolution du commerce international. Au cours des deux dernières décennies, le commerce a connu de profondes mutations. Au XXe siècle, c'était un concept simple -l'échange de marchandises à travers les frontières-, et les accords commerciaux étaient simples eux aussi.
Au XXIe siècle, suite au « deuxième dégroupage » lié à la mondialisation, les flux commerciaux internationaux sont devenus bien plus complexes, impliquant de multiples échanges de biens, de services et d'investissements avec le savoir-faire nécessaire en matière de gestion, de technique, de conception et de commercialisation, dans le cadre des réseaux de production délocalisés. Aujourd'hui, le commerce oblige à avoir des activités à l'étranger et à gérer un réseau d'installations de production interconnectées.
Ce changement de nature du commerce international appelle une nouvelle forme de gouvernance commerciale internationale. De nombreuses politiques et pratiques considérées comme essentiellement nationales au XXe siècle ont pris une dimension commerciale internationale au XXIe siècle. Cette séance aborde l'ensemble des questions soulevées par ces changements et examine leurs implications pour les politiques publiques.

Présentation de Jaime de Melo : Implications of negotiation failures on Environmental Goods and Services at the Doha Round for global trade governance