Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Quels objectifs pour le développement après 2015? Point d'étape et intégration de la durabilité environnementale

La Ferdi et l’Iddri, associées au sein de l’IDGM, ont organisé avec le concours du MAE un nouvel atelier sur l’agenda du développement après 2015.

A deux années de l’échéance mondiale de 2015, les Nations unies ont engagé une série de consultations visant à définir le cadre et le contenu du futur agenda post-2015. L’une des thématiques qui a été identifiée comme revêtant une importance particulière est celle de la durabilité de notre environnement. Le PNUD et le PNUE, en partenariat avec la France et le Costa Rica, ont ainsi lancé en décembre une consultation en ligne sur ce sujet (http://www.worldwewant2015.org/sustainability).

La Ferdi et l’Iddri, associées au sein de l’IDGM, ont organisé avec le concours du MAE un nouvel atelier sur l’agenda du développement après 2015.
Il fut l’occasion de faire le point sur les négociations en cours, d’approfondir les débats sur les grands défis de l’agenda post-2015, et de nourrir la consultation thématique du PNUD sur l’intégration de la durabilité environnementale dans le futur agenda.

Cette rencontre fait suite à celle organisée le 9 octobre 2012. Elle a rassemblé les personnalités issues des milieux académique, ministériel, politique, associatif ou des think tanks impliqués dans ces débats.
 

Résumé

L’Atelier Ferdi - Iddri - MAE sur l’agenda du développement post-OMD a permis de dresser un état des lieux des négociations internationales et de poursuivre la réflexion engagée le 9 octobre 2012 sur les grands défis du post-2015, en intégrant notamment les sujets relatifs à la durabilité environnementale.

Etat des lieux des négociations

Il apparaît que la convergence des processus n’est toujours pas réglée, notamment par la difficulté de traduire précisément et avec pertinence le concept d’universalité de l’agenda et de ses objectifs tant sur le plan thématique que géographique où des approches spécifiques semblent nécessaires pour certaines catégories de pays comme les plus vulnérables.

Les grands défis de l’agenda post-2015

Parmi les sujets négligés des OMD, sécurité et environnement ont été plus particulièrement abordés lors de cet atelier.
Compte-tenu des liens étroits entre développement et sécurité, l’atelier a souligné l’importance d’une approche intégrée fondée sur l’appui à l’institutionnel et la sécurisation du financement des programmes sociaux dans les pays pauvres et fragiles, et étendue à 4 domaines: eau, énergie, urbanisation, et agriculture.

L’intégration de la durabilité environnementale au sein d’un agenda développement pose problème puisque :

- Il existe aujourd’hui peu d’évidences d’une compatibilité entre biodiversité et développement. Trouver des solutions nécessite de mieux analyser les liens et les canaux de transmission entre ces deux dimensions, notamment par l’élaboration d’outils de mesure tel celui présenté par la Ferdi sur la vulnérabilité structurelle au changement climatique.

- Face au caractère incomplet de l’OMD 7, la tentation est grande de vouloir multiplier les objectifs et les indicateurs, d’autant que renoncer à certains éléments de la biodiversité est contestable. Cependant, le besoin de rationalisation des objectifs incite à l’élaboration d’un objectif englobant visant à tout protéger en espérant que celui-ci enclenchera des mécaniques vertueuses pour la protection de la biodiversité.
 
- Cette intégration passe par une incitation au changement de modèle de production en faveur d’une croissance verte dans tous les pays ; l’agenda post-2015 doit aller dans ce sens. La mise en application d’un agenda de développement vert pourra s’appuyer sur les recommandations méthodologiques de l’OCDE et devra compter sur une réforme des règles de l’OMC, notamment en matière de propriété intellectuelle et de protection et d’exploitation du capital naturel.

Au-delà des indicateurs, il apparaît que les questions de méthode pour atteindre les futurs objectifs préoccupent. L’éventuel successeur de l’OMD 8 devra à ce titre être plus normatif. Par ailleurs, il a été souligné que le futur agenda ne pourra répondre à tous les problèmes de la planète et qu’il est important de considérer pour l’ensemble des sujets l’ensemble des enceintes de dialogue et de décisions, y compris hors du champ multilatéral et y compris celles pour lesquelles 2015 n’est pas nécessairement un jalon. Il a été souligné également la nécessité de mieux équilibrer le principe de souveraineté (qui prévaut à l’ONU notamment) avec celui d’interdépendances d’un monde globalisé, au risque de courir à l’échec des négociations internationales.

Télécharger le programme:

Première partie - Objectifs de développement après 2015 : état de lieux de la réflexion internationale

L’agenda doit désormais prendre forme. Aussi, le cadre des futurs objectifs doit être clairement défini. Il faut pour cela avancer de façon tangible sur l’intégration d’objectifs propres aux pays en développement dans un agenda universel. Il est également nécessaire de se positionner sur quelles thématiques doivent faire l’objet d’objectifs chiffrés, de réfléchir à leur hiérarchisation, et à l’extension de la couverture du futur agenda.

Avancées des discussions internationales

Modérateur : Tancrède Voituriez, Iddri

► Jean-Marc Chataigner, MAE : Point sur les différentes discussions et négociations

► Guido Schmidt-Traub, Sustainable Development Solutions Network (SDSN) : Le SDSN, un outil au service des négociations

Les grands défis de l’Agenda post-2015

Modérateur : Patrick Guillaumont, Ferdi

► Henry de Cazotte, AFD : Le développement soutenable universel: un nouveau cadre de référence pour les bailleurs de fonds

► Mariama Williams, South center : La question de la souveraineté

► Stephan Klingebiel, DIE : L'agenda du développement post-2015 et les pays émergents

► Giorgia Giovannetti, Université de Florence et Serge Michailof, Sciences-Po: Quels nouveaux objectifs pour 2015 ? 

► Serge Tomasi, OCDE : Intégration de la soutenabilité environnementale dans le futur agenda : vision de l’OCDE

► Samuel Blazyk, Paris21 : Le rôle clé des statistiques dans le post 2015

► Échanges avec Jean-Michel Severino, Panel de haut niveau sur l’agenda du développement Post-2015


Deuxième partie - Atelier « Durabilité environnementale dans l’agenda post-2015 »

La soutenabilité à long terme doit être l’objectif des politiques de développement. Elle implique la transformation progressive des modèles de production pour une transition vers une croissance dite « verte ». Il convient de s’interroger sur les modalités de promotion et de mise en oeuvre de ce modèle et la façon dont elles pourraient être différenciées pour chaque pays dans un agenda universel, notamment au regard de leur vulnérabilité qu’il convient d’identifier.
Vingt ans après le Sommet de la Terre et à deux ans de l’échéance des OMD, il est par ailleurs utile d’analyser comment la question de la durabilité a modifié la pratique de la coopération pour le développement. Dans quelle mesure a-t-elle fait évoluer les politiques de développement, la nature des projets et programmes, ainsi que l’orientation de la recherche ? Quelles propositions d’amélioration pouvons-nous faire ?

Présentation du sens et des premiers résultats de la consultation sur la durabilité environnementale

► Nathalie Broadhurst, MAE

► Sylvie Lemmet, Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE)

Quelle intégration de la durabilité environnementale dans l’agenda post-2015 ?

Modérateur : Alain Ayong Le Kama, Université Paris X - Nanterre

► Raphael Billé, Iddri : Conservation de la biodiversité et lutte contre la pauvreté, comment changer d’échelle?

► Pascale Combes et Johanna Choumert, Cerdi : Développement et environnement, une relation non linéaire ?

► Sébastien Treyer, Iddri : L’agriculture durable, une question transversale ? 

► Jaime de Melo, Ferdi : « Croissance verte » et stratégie de développement : implications pour la définition des objectifs post-2015

► Catherine Simonet, Ferdi : La durabilité environnementale analysée à la lumière de son inverse, la vulnérabilité au changement climatique

Table ronde sur la durabilité dans l’agenda des acteurs du développement : Retours d’expérience et propositions pour une meilleure intégration.

Modérateur : Sébastien Treyer, Iddri

► Henri de Cazotte, AFD
► Matts Karlsson, Centre de Marseille pour l'intégration en Méditerranée
► Daniel Verger, Coordination Sud

Conclusions

► Jean-Marc Chataigner, MAE
► Patrick Guillaumont, Ferdi
► Sébastien Treyer, Iddri

► Guido Schmidt-Traub, Sustainable Development Solutions Network (SDSN) : Le SDSN, un outil au service des négociations

► Henry de Cazotte, AFD : Le développement soutenable universel: un nouveau cadre de référence pour les bailleurs de fonds

► Mariama Williams, South center : La question de la souveraineté

► Giorgia Giovannetti, Université de Florence et Serge Michailof, Sciences-Po: Quels nouveaux objectifs pour 2015 ?

► Serge Tomasi, OCDE : Intégration de la soutenabilité environnementale dans le futur agenda : vision de l’OCDE

► Samuel Blazyk, Paris21 : Le rôle clé des statistiques dans le post 2015

► Pascale Combes et Johanna Choumert, Cerdi : Développement et environnement, une relation non linéaire ?

► Sébastien Treyer, Iddri : L’agriculture durable, une question transversale ? 

► Jaime de Melo, Ferdi : « Croissance verte » et stratégie de développement : implications pour la définition des objectifs post-2015

► Catherine Simonet, Ferdi : La durabilité environnementale analysée à la lumière de son inverse, la vulnérabilité au changement climatique