Réunion de haut niveau du Development Cooperation Forum 2014

Participation de Patrick Guillaumont au side event "New measures for development financing in a post-2015 world" organisé par le CAD de l'OCDE, UN-DESA, et le groupe de référence des organisations de la société civile du DCF.

Side event de 13h15 à 14h30, le 10 Juillet 2014

Patrick Guillaumont traitait plus particulièrement de la question "Comment la redéfinition de l'APD peut-elle améliorer la qualité de l'aide en favorisant une meilleure redevabilité ?"
(“ How can a definition of ODA strengthen the quality of aid by promoting greater accountability ?”)

Le concept d’aide publique au développement (APD) a 45 ans d’existence et a subi autant d’années de critiques, lesquelles ont été croissantes (voir en particulier Sévérino et Ray, 2011). Le débat a été publiquement ouvert par l’OCDE lors de la réunion à haut niveau du Comité d’aide au développement (CAD) en décembre 2012. Une nouvelle mesure de l’aide au développement devrait être proposée par le CAD lors de sa réunion de haut niveau en décembre 2014.

La mesure officielle de l’APD fait l’objet de deux types de critiques, qui peuvent être formulées sous forme de deux questions. Les conditions financières d’un flux justifient-elles qu’il soit considéré comme de « l’aide » ? Son objet justifie-t-il qu’il soit considéré comme de l’aide au développement ? La première question est celle de savoir s’il faut et si oui comment comptabiliser à côté des dons les prêts dits « concessionnels ». La seconde question est celle du  contenu du flux hétérogène qualifié d’APD. Une troisième question, moins qu’une critique, a été récemment soulevée en liaison avec les deux autres: doit-on retenir tous les flux qui peuvent être qualifiés d’aide au développement quel que soit le niveau de développement de leur destinataire.

Site de l'évènement : http://www.un.org/en/ecosoc/newfunct/2014dcf0.shtml

 

Concept note :