Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Volatilité des prix et sécurité alimentaire

Discussion de travail organisée par la Ferdi dans la perspective du G20-développement
 
Discussion de travail sur l’état d’avancement du dossier « Améliorer la gestion des risques afin de mieux faire face à la volatilité des prix alimentaires : Comment le G20 peut-il aider les pays en développement? »
 
Par Claire Gillot, Chargée de Mission Ferdi.
 
Dans le cadre du sommet du G20-2011, la France a fait de la lutte contre la volatilité excessive des prix des matières premières l’une des priorités de sa présidence. A la demande de Nicolas Sarkozy, Pierre Jacquet, économiste en chef à l’Agence Française de Développement, s’est vu confier la rédaction d’un rapport sur ce thème, crucial pour l’équilibre économique et social mondial. La Ferdi lui a aussitôt apporté son concours en mobilisant les chercheurs de son réseau, reconnus pour leur expertise en matière de politiques agricoles et de gestion des risques liés à la volatilité des prix. Elle a ainsi organisé en février 2011 un séminaire restreint de réflexion, puis, au lendemain de sa session parallèle dans le cadre des rencontres ABCDE de l’OCDE, elle a souhaité réunir une vingtaine d’experts pour une discussion de travail sur le rapport de Pierre Jacquet. L’objectif de ces rencontres: faire émerger des travaux de recherches scientifiques des solutions innovantes de gestion des risques agricoles.
 
La hausse très rapide des prix de certaines denrées agricoles au cours de l’année 2008 et les problèmes de sécurité alimentaire qui en ont découlé ont posé avec acuité la question de la soutenabilité des systèmes de production et de gestion des risques agricoles dans les pays en développement. Selon la FAO, vingt-deux pays dans le monde font régulièrement face à des difficultés colossales: crises alimentaires à répétition, prévalence extrêmement élevée de la faim. Une situation qui s’explique principalement par l’effet combiné des catastrophes naturelles, des conflits, de la faiblesse des institutions et d’une volatilité des prix trop importante.
 
Face à cette situation, la France a voulu remettre la question de la sécurité alimentaire au coeur de l’agenda international. C’est dans ce contexte d’urgence que s’inscrit la mission de Pierre Jacquet. Selon lui, si identifier les causes structurelles de la volatilité des prix est un travail préalable important, parvenir à proposer des solutions d’adaptation et de gestion des risques issus de cette volatilité l’est d’autant plus. Il est ainsi indispensable de proposer aux pays en développement une palette d’outils spécifiques, permettant non pas de lutter contre la volatilité des prix, mais de faciliter une gestion optimale de celle-ci. La prise en compte de la diversité des contextes dans lesquels s’inscrivent les actions de lutte contre l’insécurité alimentaire a également amené Pierre Jacquet à préférer l’élaboration de propositions flexibles, plutôt que de recommandations fermées. Un choix qui facilitera l’appropriation par les pays concernés des programmes d’adaptation proposés dans le cadre du G20. Ces discussions ont par ailleurs permis de bien distinguer les politiques visant à éviter une hausse excessive des prix des produits agricoles pour des raisons de sécurité alimentaire, des mesures permettant aux producteurs agricoles des pays pauvres de faire face à l’instabilité des prix (se traduisant par une succession rapprochée de hausse et de baisse des prix).

C’est sur la base des six recommandations de Pierre Jacquet, présentées dans un rapport intermédiaire intitulé « Improving risk management to better cope with food price volatility : How can the G20 help developing countries? », que la discussion entre Pierre Jacquet et les vingt spécialistes (cf. liste des participants ci-dessous) conviés par la Ferdi a pu s’ouvrir mardi 31 mai, à Paris. Plusieurs points, tel que le risque de rejet de ces propositions par les pays émergents, le rôle du Programme Alimentaire Mondial dans la gestion des risques, ou encore la place de l’agriculture de subsistance ont fait l’objet de discussions importantes. Ces échanges fructueux et riches en propositions innovantes auront permis à Pierre Jacquet d’affiner et de consolider les recommandations du rapport qu’il remettra au Président de la République française en vue du G20 qui se tiendra à Cannes, les 3 et 4 novembre prochain.
 
 
 
  • Bernard Bachelier, Directeur, Fondation pour l’agriculture et la ruralité dans le monde (Farm)
  • Carmel Cahill, Conseillère principale, Direction des échanges et de l’agriculture, OECD
  • Emmanuel Comolet, Agence Française de Développement
  • Jean-Christophe Debar, Agro-économiste, Directeur de Pluriagri et de US Agri Analyse et membre de Farm
  • Vianney Dequiedt, Professeur, Cerdi CNRS Université d'Auvergne
  • Mathilde Douillet, Doctorante, Farm
  • Franck Galtier, Chercheur, CIRAD
  • Thomas Groh, Chef du bureau Afrique subsaharienne et AFD, Direction Générale du Trésor, Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie
  • Sylviane Guillaumont Jeanneney, Professeur émérite, Cerdi CNRS Université d'Auvergne
  • Patrick Guillaumont, Professeur émérite, Cerdi CNRS Université d'Auvergne et Président de la Ferdi
  • Jan Gunning, Directeur, Amsterdam Institute for International Development
  • Pierre Jacquet, Chef Economiste, Agence française de développement, en charge d’une mission visant à formuler des propositions innovantes pour faire face à la volatilité des prix des matières premières agricoles, dans le cadre de la Présidence du G20
  • oAlain de Janvry, Professeur, University of California at Berkeley et Senior Fellow, Ferdi
  • Kelly Labart, Coordinatrice d’évènements et programmes scientifiques, Ferdi
  • Pierre Emmanuel Lecocq, Bureau du développement et des organisations internationales, Ministère de l’Agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire.
  • George Rapsomanikis, Economiste, Spécialiste matières premières, FAO
  • Elisabeth Sadoulet, Professeur, University of California at Berkeley et Senior Fellow, Ferdi
  • Alexander Sarris, Professeur, University of Athens et Senior Fellow, Ferdi
  • Sujiro Seam, Sous-directeur de la sécurité alimentaire et du développement économique, Direction des biens publics mondiaux, Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats, Ministère des affaires étrangères et européennes
  • Mylène Testut, Chef du bureau du développement et des organisations internationales, Ministère de l’Agriculture, de l’alimentation, de la pêche, de la ruralité et de l’aménagement du territoire
  • Serge Tomasi, Directeur de l'économie globale et des stratégies de développement, Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, co-président du groupe de travail pour le G20, France
  • Désiré Vencatachellum, Directeur du Département de la recherche sur le développement, Banque africaine de développement
  • Tancrède Voituriez, Directeur du Programme Gouvernance, Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri)

Papiers

"Options for Developing Countries to Deal with Global Food Commodity Market Volatility" par Alexander Sarris


"Report on Price Volatility. A zero draft consultation paper", a draft report by the HLPE Project Team par Benoit Daviron (Team leader), Niama Nango Dembele, Sophia Murphy et Shahidur Rashid