Education

Étude de faisabilité préalable à la création d'un véhicule d'investissement dédié au secteur éducatif africain.
L'accès à l'éducation reste un défi considérable en Afrique Sub-saharienne, malgré des progrès incontestables ces 10 dernières années et malgré l’engagement renouvelé des Nations Unis en 2015 dans les objectifs de Développement Durable.
 

ODD 4 « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie »

ODD 5 « Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles ».

Alors que la scolarisation des populations les plus vulnérables et la formation des jeunes représentent des enjeux cruciaux face aux défis démographiques et socio-économiques du développement en Afrique, l’accès, la qualité et l’équité des systèmes éducatifs des pays en développement restent problématiques en particulier pour les filles et les populations rurales. Les Etats n'ayant que des moyens limités pour traiter ces différents problèmes, le secteur privé apparaît de manière croissante comme un recours ou un complément. Or, dans le domaine de l'investissement d'impact, peu de véhicules traitent spécifiquement de ce sujet.

Ainsi, le 15 janvier 2019, I&P et le Gouvernement Princier de Monaco ont signé un accord pour créer le premier fonds d’impact dédié à l’éducation en Afrique.

Les deux partenaires ont fait appel à la Ferdi pour conduire une étude dont l'objet est de déterminer les opportunités et les freins liés à la création d’un véhicule d’impact dédié à l’éducation dans le contexte africain.

 

Dossier de presse : Création du premier fonds d’impact dédié à l’éducation en Afrique

Etude de faisabilité préalable à la création d'un véhicule d'investissement dédié au secteur éducatif africain.

Un projet I&P - Ferdi avec le soutien financier de la Coopération internationale du Gouvernement Princier de Monaco.

Calendrier : mars 2018 - mai 2019.

I&P et la Ferdi réalisent, avec le soutien financier de la Coopération internationale du Gouvernement Princier de Monaco, une étude de faisabilité afin de déterminer les opportunités et les freins liés à la création d’un véhicule d’impact dédié à l’éducation dans le contexte africain. Conduite par la FERDI, l’étude permettra de mieux comprendre les défis africains en matière d’éducation et d’identifier des bonnes pratiques en éducation pouvant être développées et élargies par le secteur privé en tenant compte des prérogatives et de la mission d'éducation du secteur public.

Les résultats attendus du projet sont :

  • Une meilleure compréhension des défis africains en matière d’éducation
  • L'identification de bonnes pratiques en éducation pouvant être développées et élargies par le secteur privé
  • Les analyses des modèles économiques (en termes de coût/rentabilité) pour les investisseurs privés dans l’éducation.   

Etapes du projet :

Etape 1 : présenter une vision générale du système éducatif de formation africain actuel et de sa performance. Il s'agira d'identifier les problématiques les plus importantes et les défis majeurs dans les différents cycles éducatifs, à travers une capitalisation des nombreux travaux déjà conduits sur ce sujet.

Etape 2 : recenser les "bonnes pratiques" dans le secteur de l'éducation, quel que soit le cycle éducatif. L’étude mettra en évidence les interventions pour lesquelles un rôle du secteur privé pourrait être envisagé. Deux aspects seront principalement analysés : la justification politique et la rentabilité économique.

Etape 3 : compléter la cartoraghie sectorielle sur les investisseurs privés intervenant dans le secteur de l’éducation en Afrique récemment réalisé par Tom Dilly sous la supervision de I&P. L'étude d'I&P recense l’ensemble des acteurs ayant effectué au moins une opération dans le secteur éducatif en Afrique (investissement en capital, prêts ou subventions). Il s'agira d'étendre l'étude aux pays de l’Afrique de l’Ouest francophone, de porter un intérêt plus pointu envers les « bonnes pratiques » identifiées.

Etape 4 : analyser les modèles économiques des « bonnes pratiques » identifiés dans l'étude d'I&P au regard de leur capacité à dégager des taux de rentabilité.

Livrables attendus :

  • Un rapport intermédiaire (fin janvier 2019)
  • Un rapport final sur la définition des enjeux de développement du secteur éducatif africain et du rôle que pourrait jouer le secteur privé pour y répondre (fin mai 2019)
  • Des fiches d’analyse de différents modèles économiques reprenant des paramètres permettant de comprendre leurs sources de revenus, leurs postes de charges, etc.
  • Une base de données Excel recensant l’ensemble des acteurs actifs dans le secteur éducatif