Indicateurs de la qualité des politiques des pays en développement

Comment juger de la qualité des politiques mises en œuvre par les pays en développement ?

Généralement, les indicateurs utilisés portent sur les instruments de la politique économique et sur les modalités de la gouvernance : ils sont par construction entachés de subjectivité et parfois d’arbitraire, et pour cette raison souvent critiqués. En réponse à cette question, la Ferdi, reprenant une tradition du CERDI, propose des indicateurs de politique économique « révélée », construits sur la base des résultats plutôt que des instruments. L’idée est de partir des résultats et de les corriger de l’influence des facteurs exogènes afin de faire apparaître ce qui résulte des choix des pays.

Fiscalité

La Ferdi se penche sur les questions de fiscalité : Mario Mansour, Economiste Senior au Département des Finances du Fonds Monétaire International, propose une base de données sur les recettes fiscales en Afrique sub-saharienne, 1980-2010. La nouveauté de cette base de données réside dans le niveau de détail qui est fourni sur les sources de recettes fiscales pour un grand nombre de pays (41) et sur une longue période temporelle (1980-2010).

En septembre 2016, la Ferdi rend publique la première base de données juridiques et fiscales qui précise le régime fiscal s’appliquant aux mines industrielles d’or des années 1980 à 2015 dans 14 pays africains producteurs. Plus de 700 textes légaux ont été nécessaires à la construction de la base.

En février 2017, la Ferdi propose également une estimation de l'effort fiscal qui prend en compte les différentes dimensions de la vulnérabilité structurelle pour un large panel de pays en développement au cours des trois dernières décennies.

Engagement des Etats dans le processus d’intégration régionale

La Ferdi propose de renforcer le suivi de l’intégration régionale par un indice mesurant l’engagement des Etats membres d’une communauté économique régionale dans le processus d’intégration régionale. Cet indice composite est élaboré à partir d’indicateurs mesurant la transposition et l’application par chaque Etat membre des textes communautaires. Le diagnostic est ainsi recentré sur le processus de décision des responsables publics, ce qui permet d’évacuer l’influence des facteurs indépendants de leur degré d’engagement sur les résultats des politiques d’intégration. Une première application de cet indice à l’intégration commerciale dans l’UEMOA a été réalisée en 2016.

Revue des indicateurs de corruption

La Ferdi contribue également à la réflexion sur les indicateurs de corruption. En effet, comment mesurer la corruption alors que c'est un phénomène multidimensionnel, pour lequel il n'existe pas de définition universelle?
La première étape des travaux de la Ferdi consiste en une revue critique des indicateurs de corruption existants. Les étapes suivantes consistent à contribuer à la production d'indicateurs innovants de corruption répondant aux critiques des indicateurs existants. Joël Cariolle et Frédéric Lesné ont présenté leurs travaux en février 2014 lors de la finale du U4 Proxy Workshop organisé par l'Anti-corruption Resource Centre à Bergen. L'objectif de l'atelier était de discuter des approches innovantes pour mesurer la corruption. La FERDI a organisé en mai 2014 un atelier «réflexions sur les indicateurs de corruption » à Clermont-Ferrand où Joël Cariolle et Frédéric Lesné ont présenté leurs travaux devant un public constitué de chercheurs de la FERDI, du CERDI, CEPII et AFD.

, Bergen

Proxy Workshop 2014

Présentation des indicateurs "Kinship in Public Office (KPO)" et "Revolving door indicator"

Evaluer la corruption : comment comparer les indicateurs?

La corruption, en affaiblissant les cadres institutionnels au travers desquels les acteurs économiques interagissent, constitue un frein important au développement économique. Par nature, ce phénomène est difficilement quantifiable.