L'impact économique des langues

, Ouvrages

Comment mesurer la distance linguistique qui sépare les pays et les individus ? Dans quelle mesure le partage d’une même langue avec d’autres pays représente-t-elle un atout économique ? L’appartenance à un espace linguistique influence-t-elle nos relations commerciales? Notre richesse ? Nos emplois ? Quel est l’impact de la maîtrise des langues étrangères sur l’emploi et le salaire ? Cet ouvrage propose de répondre à chacune de ces questions à travers l’analyse de cinq économistes. Ainsi, fondé sur les tout derniers développements de la recherche dans le domaine, ce livre offre un tour d'horizon de l'impact économique des langues. Pour la première fois, une analyse économétrique propre à l’espace francophone est proposée et des conclusions chiffrées en termes de commerce, de richesse par tête et d’emploi sont apportées. Ce livre propose également des pistes de réflexion sur l’avenir de la francophonie et sur la politique linguistique.

Commander l'ouvrage

 

Sommaire

Préface
Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l’OIF

Avant-propos
Patrick Guillaumont, Président de la Ferdi

Introduction
Céline Carrère

Chapitre 1. Les distances linguistiques et leurs effets sur les comportements économique
Victor Ginsburgh

Chapitre 2. Langues, commerce, bien-être et francophonie
Jacques Melitz

Chapitre 3. Poids économique de la francophonie: impact via l'ouverture commerciale
Céline Carrère et Maria Masood

Chapitre 4. La valeur des langues dans l’activité professionnelle
François Grin

Auteurs

Céline Carrère est Professeure au département d'économie et management (GSEM) ainsi qu'au Global Studies Institute de l'Université de Genève. Elle est également Senior Fellow à la FERDI et research affiliate au CEPR. Ses recherches s'effectuent essentiellement dans le domaine du commerce international avec un intérêt particulier pour les pays en développement. 

Victor Ginsburgh est professeur honoraire de science économique. Il a enseigné en Belgique, en France et aux Etats-Unis. Il s’est intéressé tour à tour à l’équilibre général, à l’organisation industrielle, à l’économie de l’art et aux liaisons entre langues, culture et économie. Il est notamment co-auteur (avec Shlomo Weber) de How Many Language Do We Need. The Economics of Linguistic Diversity, Princeton University Press, 2011 et co-éditeur (avec Shlomo Weber) du "Palgrave Handbook of Economics and Language" à paraître en février 2016. 

Jacques Mélitz est Professeur d'économie émérite de l'Université Heriot-Watt à Edimbourg et est actuellement Conseiller au CEPII et Chercheur Associé au CREST. Il a travaillé notamment au Centre de Recherche en Economie et Statistique (CREST) et à Institut d'Etudes Politiques in Paris et a été professeur invité à Harvard et Princeton. Ses principaux domaines de recherche sont la macroéconomie internationale et l'économie des langues. 

Maria Masood est doctorante au département d'économie et management (GSEM) et Global Studies Institute de l'Université de Genève. Ses recherches s'effectuent essentiellement dans le domaine de l'économie et de la culture et du commerce international de biens culturels. 

Francois Grin est professeur d’économie à la Faculté de traduction et d'interprétation de l'Université de Genève, où il dirige l’“Observatoire Économie -Langues-Formation” (ÉLF). Il est spécialisé en économie des langues, en économie de l’éducation, et en évaluation des politiques publiques dans ces domaines.

Résumé des chapitres

Chapitre 1 – Après avoir défini différentes manières de calculer les distances entre les langues (méthode lexico-statistique, distances de Levenshtein, distances basées sur les arbres linguistiques ou encore distances phonétiques) et entre groupes de population, ce chapitre  propose d'explorer comment ces distances linguistiques ont été récemment utilisées par les économistes et permettent d'améliorer notre compréhension de certains comportements macro et microéconomiques dans des domaines tels que celui de la mesure de la diversité des populations, du commerce international, des migrations, de la traduction littéraire, de l’apprentissage des langues, ou encore des résultats du concours Eurovision. Ce chapitre montre également comment les distances linguistiques peuvent aider à analyser de réformes linguistiques, notamment dans la gestion des langues dans un pays ou une région où coexistent plusieurs langues.

Chapitre 2 - Ce chapitre offre une revue complète des effets linguistiques sur le commerce et le bien-être. En particulier, sont présentés les enseignements essentiels des travaux économétriques sur le partage d'une langue et les flux commerciaux et faisant ainsi apparaître une variété de sources d’influence linguistique sur le commerce conduisant à un effet global plus important que celui parfois retenu. Les enseignements à en tirer sur les bénéfices que représente la francophonie pour l’économie française sont discutés. L’argument principal est que la francophonie bénéficie à certaines industries françaises comme le tourisme, l’édition, le cinéma et la chanson, mais que cela pourrait conduire à une réallocation de ressources parmi différentes industries plutôt qu’à une augmentation du PNB français. Ainsi, la promotion de la francophonie prend tout son sens dans un effort d’élargir l’importance de la langue et la culture françaises mais pas dans un but macroéconomique. Sur le plan macroéconomique, ce serait plutôt le multilinguisme en France qu’il faudrait promouvoir, des études économétrique appuyant ces conclusions.

Chapitre 3 - Dans ce chapitre nous proposons d'analyser le rôle et l’importance de la langue française sur les flux commerciaux de biens par rapport aux autres types de proximité (géographique, historique, etc.) et de chiffrer son poids économique pour les pays de l'espace francophone (EF), en termes de flux commerciaux et, via le taux d’ouverture au commerce, en termes de PIB par tête et d'emploi. Ainsi, à l'aide d'un modèle de gravité estimé en panel, on constate qu'en moyenne un pays francophone bénéficie d'un supplément de commerce de 22 % avec un autre pays de cet espace, relativement au commerce qu'il aurait avec ce même pays s'il n'était pas francophone. Il apparaît également que l'effet sur le commerce dû au partage du français semble être plus important durant la crise financière de 2008, suggérant que le partage d'une langue favorise l’existence de relations commerciales non seulement plus intenses mais également plus résilientes en période de crise Une comparaison avec les autres principaux espaces linguistiques (anglophone, lusophone, hispanophone et arabophone) montre que l'impact global de l'appartenance à un espace sur le taux d’ouverture commerciale des pays est assez similaire. Au final, les retombées économiques de l'appartenance à un espace linguistique semblent en moyenne relativement faible sur le PIB (mais il existe une grande hétérogénéité entre pays d'un même espace) et quasi inexistant sur l'emploi.

Chapitre 4- Ce chapitre propose une analyse de la valeur des langues dans l'activité professionnelle en mettant l’accent sur l'estimation des différentiels de revenu du travail qui peuvent être attribués aux compétences linguistiques des individus. Une attention particulière est portée aux études qui évaluent la rentabilité des compétences en français, notamment sur la base de données suisses et canadiennes. L'auteur propose ensuite trois prolongements possibles de la question : (i) les manières alternatives d’aborder la valorisation des compétences linguistiques sur le marché du travail, (ii) la transposition au plan macro-économique de considérations qui relèvent, pour l’essentiel, de l’analyse micro-économique ; (iii) les taux de rendement sociaux, qui proposent une lecture de la rentabilité des compétences sur le plan de la collectivité. Il ouvre ensuite une discussion des différents résultats exposés dans ce chapitre sous l’angle des politiques publiques, notamment des politiques linguistiques.

 

Carrère, C., Ginsburgh, V., Melitz, J., Masood, M. Grin, F. (2016) L'impact économique des langues, Carrère, C (dir.), Ferdi - Economica, Paris, 116 p.