Indéfini

UN-OHRLLS : meeting on “Accelerating the Implementation of the Istanbul Programme of Action for the African Least Developed Countries”

UN-OHRLLS Matthieu Boussichas (Ferdi) participated in sessions on the Implementation of the Istanbul Programme of Action for the African Least Developed Countries and on broadband technology in developed countries in Africa.

The meeting on “Accelerating the Implementation of the Istanbul Programme of Action for the African Least Developed Countries” brought together key stakeholders to share country experiences on how the world’s least developed countries are integrating the 2030 Agenda for Sustainable Development, including the Sustainable Development Goals into national strategic planning. The meeting also focused on broadband technology and how least developed countries in Africa can leverage investments in broadband to achieve sustainable development. Case studies on broadband initiatives in African least developed countries also informed discussions. Outcomes of the meeting are planned to contribute to broader discussions on implementing the Sustainable Development Goals during the High Level Political Forum in New York.

Five sessions were scheduled :

  • Session I: Coherence and synergies between the IPoA, the 2030 Agenda and Agenda 2063
  • Session II: Accelerating the implementation of the IPoA, implementing the 2030 Agenda and Graduation Prospects
  • Session III : Case studies and discussion on how LDCs are leveraging investment in broadband infrastructure for national development
  • Session IV: Broadband applications and services for national development
  • Session V: Regulations and Financing investments in broadband

Matthieu Boussichas, Ferdi Research Officer participated in all sessions on the Implementation of the Istanbul Programme of Action for the African Least Developed Countries and on broadband technology in developed countries in Africa.

En savoir plus : http://unohrlls.org/event/ldcs-regional-meeting-senegal/

UN-OHRLLS : réunion régionale sur le thème «Accélérer la mise en œuvre du PAI pour les PMA»

UN-OHRLLS Matthieu Boussichas (Ferdi) a participé aux débats sur la mise en oeuvre du Programme d’Action d’Istanbul (PAI) et sur les enjeux de l'internet haut débit dans les pays les moins avancés (PMA)

Le but de la réunion régionale sur le thème « Accélérer la mise en œuvre du PAI pour les PMA » était de fournir aux acteurs clés une plateforme leur permettant de partager leurs réflexions et expériences sur la manière dont ils intègrent le Programme d’Action d’Istanbul (PAI) et le Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 dans leurs cadres de planification stratégique nationale. La réunion était également centrée sur la technologie à large bande et sur la façon dont les PMA peuvent tirer profit des investissements dans la large bande pour atteindre le développement durable. Les études de cas sur les initiatives de connectivité à large bande des PMA d’Afriques seront présentées.

Cinq sessions étaient au programme :

  • Session I: Cohérence et synergies entre le PAI et le Programme de développement durable à l’horizon 2030
  • Session II: Accélérer la mise en œuvre du PAI, la mise en œuvre du Programme de Développement durable à l’horizon 2030 et les Perspectives de sortie de la catégorie des PMA
  • Session III : Études de cas et discussion sur la manière dont les PMA mobilisent les investissements dans les infrastructures à large bande pour le développement national
  • Session IV: Applications et services de la large bande pour le développement national
  • Session V: Règlementation et Financement des investissements dans la  connectivité à large bande

Matthieu Boussichas, Chargé de Recherche à la Ferdi a participé à l'ensemble des sessions sur la mise en oeuvre du PAI et sur les enjeux de l'internet haut débit dans les PMA.

En savoir plus : http://unohrlls.org/event/ldcs-regional-meeting-senegal/

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Conference on financial Volatility, Macroprudential Regulation and Economic Growth in Low-Income Countries

The aim was to present and to discuss the contributions prepared for the project Volatility, Macroprudential Regulation and Economic Growth in Low-Income Countries

Organisation: Manchester University, CERDI, Ferdi and the BCEAO’s West African Training Centre for Banking Studies (COFEB).

The purpose of the conference was to present the research documents prepared during the project Volatility, Macroprudential Regulation and Economic Growth in Low-Income Countries and to discuss their implications for financial policies (especially macroprudential regulation) for sub-Saharan Africa.

This research project intended to gain a better understanding of the aforementioned issues in relation to financial volatility, macroprudential regulation and economic growth in low-income countries has been conducted over the past two years by the University of Manchester, in association with the Centre for Studies and Research on International Development (CERDI) and the Foundation for Studies and Research on International Development (FERDI). The project, which is being led by Professor Pierre-Richard Agénor, has been supported by two major institutions in the United Kingdom: the Economic and Social Research Council (ESRC) and the Department for International Development (DFID). The members of the project are part of an eminent group of researchers which includes Professor Patrick Guillaumont (FERDI) and Dr. Patrick Plane (Director of Research at CNRS-CERDI). The other members of the project represent a number of other institutions, including the Central Bank of West African States (BCEAO).

Programme

Prior to the conference, two training activities open to all participants were run on 8 November. The first activity, entitled Financial Stability, Macroprudential Policy and Monetary Policy: Current Issues and Debates, was led by Professor Agénor. The second activity, Methods of Analysing the Impact of Macroprudential Policies on Financial Stability and Economic Growth, was led by Dr. Neanidis and a team from FERDI.

 

Financial Volatility, Macroprudential Regulation and Economic Growth in Low-Income Countries

Dakar, 9 November 2016

 
 9:00-9:15 |Welcome
Ousmane Samba Mamadou (BCEAO), Aminata Haïdara (BCEAO), Prof. Pierre-Richard Agénor (Manchester) and Prof. Patrick Guillaumont (FERDI)
 
9:15-10:00 |Session 1: Macroprudential Regulation and Growth: Aid Volatility, Human Capital, and Growth
Prof. Pierre-Richard Agénor (Manchester)
 
10:00-10:45|Session 2: Volatile Capital Flows and Economic Growth: The Role of Macroprudential Regulation
Dr. Kyriakos Neanidis (Manchester)
 
10:45-11:15|Coffee break
 
11:15-12:00|Session 3: Economic Volatility and Inequality: Do Aid and Remittances Matter?
Dr. Lisa Chauvet (DIAL, FERDI) and Dr. Laurent Wagner (FERDI)
 
12:00-14:00|Lunch
 
14:00-14:45|Session 4: Does It Pour When it Rains? Capital Flows and Economic Growth in Developing Countries
Dr. Patrick Plane (Director of Research at CNRS-CERDI)
 
14:45-15:30|Session 5: The Growth of Lending, Information-Sharing and Macroprudential Policies
Dr. Samuel Guérineau (CERDI)
 
15:30-16:00|Coffee break
 
16:00-17:00 |Case studies
Prof. Patrick Guillaumont (FERDI) and Dr. Samuel Guérineau (CERDI)
 
17:00-17:30 |Round table discussion: Lessons Learned from the Macroprudential Regulation Project in West Africa
Prof. Pierre-Richard Agénor (Manchester), Prof. Sylviane Guillaumont Jeanneney (FERDI), Ousmane Samba Mamadou (BCEAO) and Samuel Guérineau (CERDI)
 
Closing remarks
Prof. Pierre-Richard Agénor (Manchester) and Ousmane Samba Mamadou (BCEAO)

 

Prior to the conference, two training activities open to all participants were run on 8 November:

1. Financial Stability, Macroprudential Policy and Monetary Policy: Current Issues and Debates. This activity will be led by Professor Pierre-Richard Agénor (Manchester). It focused on a review of recent evidence regarding the use of macroprudential tools and will discuss the importance of coordination between monetary policy and macroprudential policy. The implications for the franc zone will also be discussed.

2. Methods of Analysing the Impact of Macroprudential Policies on Financial Stability and Economic Growth. This activity was led by Dr. Neanidis (Manchester) and Marin Ferry (Université Paris-Dauphine). It focused on econometric methods and the type of data that are used to test the impact of macroprudential tools on economic growth. The databases created for the project wer also presented and discussed.

In the press

Abidjan.net, 9 novembre 2016

La politique macroprudentielle et ses effets sur les économies d’Afrique sub-sahraienne au menu d’une conférence régionale

A lire sur http://news.abidjan.net/

 

The global financial crisis has sparked a new debate about the nature and effectiveness of financial regulation. According to the consensus that has emerged from it, to contain systemic risks and preserve macroeconomic and financial stability, it is essential to go beyond a microprudential approach based solely on regulation of individual institutions and instead adopt a macroprudential approach in the form of regulatory provisions to strengthen the financial system’s resilience to systemic risks, and to limit disruption of the provision of financial services which could have serious adverse consequences for the real economy. At the same time, the growing attention that is being paid to systemic risks and financial vulnerabilities has spawned a huge debate in university and political circles about how macroprudential regulation can help to lessen the procyclicality of the financial system by preventing unsustainable expansions of lending and the creation of asset price bubbles. The current international banking regulations, which were laid down in 2011 by the Basel Committee on Banking Supervision, include a number of tools which are intended to solve this problem. The focus in recent discussions on the consequences of financial volatility for short-term economic stability and the short-term advantages of financial regulations is justified, given the cost of economic and financial crises.

However, the effects of financial volatility on growth and the ways in which they can be mitigated have been ignored to a great extent in these discussions. Gaining an understanding of the longer-term effects of financial regulation is nevertheless essential given the potential negative correlation associated with the fact that regulation policies — intended to reduce procyclicality and the risks of a financial crisis — could in fact be harmful to economic growth due to their impact on risk-taking and incentives to borrow and lend. This negative correlation exists despite the fact that these policies can also encourage indirect growth by contributing to a more stable environment in which actors can assess the risks and returns associated with their investment decisions.

The conference will take place in Dakar, Senegal, on 9 November 2016 in the COFEB office. Participants will be required to cover their own travel and accommodation expenses. A list of accredited hotels is available upon request.

To register for the conference and/or training activities, and for all other information, please contact Vincent Nossek, FERDI, at vincent.nossek@ferdi.fr as soon as possible. The closing date for registration is 15 October 2016. No registration requests will be accepted after this date.

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Conférence sur la volatilité financière, régulation macroprudentielle et croissance économique dans les pays à faible revenu

L'objectif était de présenter et de discuter les documents de recherche préparés dans le cadre du projet "volatilité financière, régulation macroprudentielle et croissance économique dans les pays à faible revenu"

Organisateurs : Université de Manchester, Centre d'études et de recherche sur le développement international (Cerdi), Fondation pour les études et recherches sur le développement internetional (Ferdi) et Centre Ouest Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB) de la BCEAO.

La conférence a permis de présenter les documents de recherche préparés dans le cadre du projet volatilité financière, régulation macroprudentielle et croissance économique dans les pays à faible revenu et de discuter de leurs implications pour les politiques financières (en particulier la régulation macroprudentielle) pour l’Afrique sub-saharienne.

Ce projet de recherche vise à mieux comprendre les questions évoquées relatives à la volatilité financière, la régulation macroprudentielle et la croissance économique dans les pays à faible revenu. Ce projet a été mené au cours des deux dernières années par l’Université de Manchester, associée au CERDI et à la FERDI, sous la direction du Professeur Pierre-Richard Agénor, et a bénéficié de l’appui de deux institutions importantes au Royaume-Uni, le Economic and Social Research Consortium (ESRC) et le Department of International Development (DFID). Les membres du projet font partie d’un groupe éminent de chercheurs, incluant le Professeur Patrick Guillaumont (FERDI) et Patrick Plane (Directeur de recherche au CNRS-CERDI). Les autres membres du projet représentent plusieurs autres institutions, y compris et la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Programme

Le 8 novembre 2016, deux activités de formation ouvertes à tous les participants ont précédé la conférence. La première activité, intitulée, Stabilité financière, politique macroprudentielle, et politique monétaire : Enjeux et débats actuels, était animée par le Professeur Agénor. La seconde activité, Méthodes d’analyse de l’impact des politiques macroprudentielles sur la stabilité financière et la croissance économique, était animée par le Dr. Neanidis et une équipe de la FERDI. Le programme de ces activités est présenté ci-dessous.

Conférence Université de Manchester, CERDI, FERDI et Centre Ouest Africain de Formation et d’Etudes Bancaires (COFEB)
Volatilité financière, régulation macroprudentielle et croissance économique dans les pays à faible revenu
Dakar, 9 Novembre 2016


9-9:15 |Mots de bienvenue
Ousmane Samba Mamadou (BCEAO), Aminata Haïdara (BCEAO), Pr. Pierre-Richard Agénor (Manchester) et Pr. Patrick Guillaumont (FERDI)
 
9:15-10:00 |Session 1 : Régulation macroprudentielle et croissance ; volatilité de l’aide, capital humain et croissance
Pr. Pierre-Richard Agénor (Manchester)
 
10:00-10:45 |Session 2: Volatilité des flux de capitaux, régulation macroprudentielle et croissance
Dr. Kyriakos Neanidis (Manchester)
 
10:45-11:15 |Pause-café
 
11:15-12:00 |Session 3 : Volatilité économique et inégalités : Rôle de l’aide et des transferts
Dr. Lisa Chauvet (Dial, FERDI) et Dr. Laurent Wagner (FERDI)
 
12:00-14:00 |Pause déjeuner
 
14:00-14:45 |Session 4 : Does It Pour When it Rains? Capital Flows and Economic Growth in Developing Countries
Dr. Patrick Plane (Directeur de recherche au CNRS-CERDI)
 
14:45-15:30 |Session 5 : Croissance du crédit, partage de l’information, et politiques macroprudentielles
Dr. Samuel Guérineau (CERDI)
 
15:30-16:00 |Pause-café
 
16:00-17:00 |Etudes de cas
Pr. Patrick Guillaumont (FERDI) et Dr. Samuel Guérineau (CERDI)
 
17:00-17:30 |Table ronde : Leçons du projet pour la régulation macroprudentielle en Afrique de l’Ouest
Pr. Pierre-Richard Agénor (Manchester), Pr. Sylviane Guillaumont Jeanneney (FERDI), Ousmane Samba Mamadou (BCEAO), et Samuel Guérineau (CERDI)
 
Mots de clôture 
Pr. Pierre-Richard Agénor (Manchester) et Ousmane Samba Mamadou (BCEAO)
 
 
La conférence était précédée le 8 novembre par deux activités de formation, ouvertes à tous les participants :

1. Stabilité financière, politique macroprudentielle, et politique monétaire : Enjeux et débats actuels.
Cette activité était animée par le Professeur Pierre-Richard Agénor (Manchester). Elle portera sur une revue des évidences récentes sur l’utilisation des instruments
macroprudentiels et discutera de l’importance de la coordination entre politiques monétaire et macroprudentielle. Les implications pour la zone franc seront également discutées.

2. Méthodes d’analyse de l’impact des politiques macroprudentielles sur la stabilité financière et la croissance économique.
Cette activité était animée par le Dr. Neanidis (Manchester) et Marin Ferry (Université Paris-Dauphine). Elle portera sur les méthodes économétriques et le type de données utilisées pour tester l’impact des instruments macroprudentiels sur la croissance économique. Les bases de données construites dans le cadre du projet seront également présentées et discutées.
 
Dans la presse

Abidjan.net, 9 novembre 2016

La politique macroprudentielle et ses effets sur les économies d’Afrique sub-sahraienne au menu d’une conférence régionale

A lire sur http://news.abidjan.net/

La crise financière mondiale a conduit à un nouveau débat sur la nature et l’efficacité de la réglementation financière. Selon le consensus qui s’en est dégagé, pour contenir les risques systémiques et préserver la stabilité macroéconomique et financière, il est essentiel d’aller au-delà d’une approche microprudentielle, axée uniquement sur la réglementation des institutions individuelles, et d’adopter au contraire une perspective macroprudentielle, sous forme de dispositions réglementaires visant à accroître la résilience du système financier face aux risques systémiques et à limiter les perturbations de l’offre de services financiers qui peuvent avoir de graves conséquences négatives pour l’économie réelle. Dans le même temps, le surcroît d’attention accordé aux risques systémiques et aux vulnérabilités financières a suscité un vaste débat dans les milieux universitaires et politiques sur la façon dont la réglementation macroprudentielle peut contribuer à atténuer la procyclicité du système financier, en empêchant les expansions de crédit non durables ainsi que l’accumulation de bulles de prix d'actifs. Les normes bancaires internationales actuelles, établies en 2011 par le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire, comprennent un certain nombre d’instruments destinés à résoudre ce problème. Le centrage des récentes discussions sur les conséquences de la volatilité financière pour la stabilité économique à court terme et sur les avantages à court terme de la réglementation financière est justifié, compte tenu du coût des crises économiques et financières.
Toutefois, les effets de la volatilité financière sur la croissance et les moyens de les atténuer ont été largement absents de ces discussions. Or, la compréhension des effets à plus long terme de la réglementation financière est essentielle en raison de la corrélation négative potentielle liée au fait que les politiques de réglementation, destinées à réduire la procyclicité et les risques de crise financière, pourraient bien être nuisibles à la croissance économique, du fait de leur incidence sur la prise de risques et les incitations à emprunter et à prêter. Cette corrélation négative existe en dépit du fait que ces politiques peuvent également favoriser la croissance de
manière indirecte, en contribuant à un environnement plus stable dans lequel les acteurs peuvent évaluer les risques et les rendements associés à leurs décisions d’investissement.

La conférence se déroulera à Dakar, Sénégal, le 9 novembre 2016, dans les locaux du COFEB. Les participants devront couvrir leurs frais de transport et de logement sur place. La liste d’hôtels accrédités est disponible sur demande.

Pour l’inscription à la conférence et/ou aux activités de formation, ainsi que pour toute autre information, prière de contacter le plus tôt possible : Vincent Nossek, FERDI, à vincent.nossek@ferdi.fr. La date limite d’inscription est le 15 octobre 2016. Aucune inscription ne sera acceptée après cette date.

Politiques fiscales pour la mobilisation des ressources intérieures

Atelier de partage d’expériences et d’échanges organisé par l'OIF et le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de la République du Sénégal

Céline de Quatrebarbes, chargée de recherche à la Ferdi a participé à l'atelier pour présenter les travaux de la Ferdi sur le partage de la rente minière.

La mobilisation des ressources publiques intérieures est une question centrale pour le financement du développement. Elle a fait l’objet de nombreux débats dans le cadre de la préparation de la Conférence internationale d’Addis-Abeba sur le financement du développement et lors des négociations concernant le nouveau programme de développement pour l’après 2015.

Au-delà de la révision des règles du système fiscal international, d’abord discutée au sein de l’OCDE, c’est l’ensemble des règles fiscales nationales, régionales et internationales qui sont aujourd’hui réévaluées et réexaminées au sein des différentes institutions qui traitent de ces questions. Il est important que les pays en développement les plus vulnérables puissent contribuer à ces travaux pour que les programmes d’appui qui leur sont destinés puissent réellement répondre à leurs besoins prioritaires.

Dans ce cadre, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) et le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de la République du Sénégal ont organisé un atelier dont l'objectif était d'échanger avec les conseillers et hauts cadres des ministères des finances concernés par la définition et la mise en œuvre des politiques fiscales et de s’accorder sur les principales mesures à prendre, ainsi que sur les besoins prioritaires d’appui à mettre en œuvre.

Céline de Quatrebarbes, chargée de recherche à la Ferdi et spécialiste des questions liées au partage de la rente minière, participait à cet atelier où elle a présenté ses travaux : Le partage de la rente minière: Un enjeu budgétaire en Afrique

En savoir plus :

Politiques fiscales pour la mobilisation des ressources intérieures

Atelier de partage d’expériences et d’échanges organisé par l'OIF et le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de la République du Sénégal

Céline de Quatrebarbes, chargée de recherche à la Ferdi a participé à l'atelier pour présenter les travaux de la Ferdi sur le partage de la rente minière.

La mobilisation des ressources publiques intérieures est une question centrale pour le financement du développement. Elle a fait l’objet de nombreux débats dans le cadre de la préparation de la Conférence internationale d’Addis-Abeba sur le financement du développement et lors des négociations concernant le nouveau programme de développement pour l’après 2015.

Au-delà de la révision des règles du système fiscal international, d’abord discutée au sein de l’OCDE, c’est l’ensemble des règles fiscales nationales, régionales et internationales qui sont aujourd’hui réévaluées et réexaminées au sein des différentes institutions qui traitent de ces questions. Il est important que les pays en développement les plus vulnérables puissent contribuer à ces travaux pour que les programmes d’appui qui leur sont destinés puissent réellement répondre à leurs besoins prioritaires.

Dans ce cadre, l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) et le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan de la République du Sénégal ont organisé un atelier dont l'objectif était d'échanger avec les conseillers et hauts cadres des ministères des finances concernés par la définition et la mise en œuvre des politiques fiscales et de s’accorder sur les principales mesures à prendre, ainsi que sur les besoins prioritaires d’appui à mettre en œuvre.

Céline de Quatrebarbes, chargée de recherche à la Ferdi et spécialiste des questions liées au partage de la rente minière, participait à cet atelier où elle a présenté ses travaux : Le partage de la rente minière: Un enjeu budgétaire en Afrique

En savoir plus :

Colloque sur l'aide

Colloque organisé avec la Présidence de la République du Sénégal sur le thème « Accélération des déboursements et efficacité de l’aide. Entre Accra et Doha et dans un contexte de crise»

A l'initiative de Son Excellence Maître Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, en coopération avec la Ferdi et son Président, le Professeur Patrick Guillaumont, une réunion d’experts s'est tenue à Dakar les 28 et 29 octobre 2008 sur le thème "Accélération des déboursements et efficacité de l’aide publique au développement, entre Accra et Doha, et dans un contexte de crise".

Programme du colloque (version flag-fr.gif)

La réunion a permis à une cinquantaine d’experts de haut niveau de parvenir à des conclusions qui puissent être utilisées par la suite dans le dialogue international. Quatre questions ont articulé les travaux :

1. Pourquoi faut-il accélérer les déboursements de l’aide et quels en sont les risques et les difficultés ?

L’absorption de l’Aide Publique au Développement (APD) pose à la fois une question d’équilibre macroéconomique et une question de capacité administrative. L’analyse des expériences en cours dans des pays africains présentera l’état des lieux sur les délais de mise en œuvre des projets et examinera les progrès accomplis de la Déclaration de Paris (mars 2005) à la Déclaration d’Accra (septembre 2008) sur l’efficacité de l’aide. Répondent-ils à la préoccupation d’accélérer les déboursements ? Que peut-on en attendre pour la Conférence de Doha (novembre 2008) sur le financement du développement ? En quoi la crise financière modifie-t-elle les données du problème ?
 

  • Intervention de Sylviane Guillaumont Jeanneney, Professeur émérite au CERDI, Université d'Auvergne

« Quels sont les obstacles à l’accélération des déboursements ? La capacité d’absorption de l’aide et l’efficacité de l’aide dépendent de ses modalités » (document de travail Ferdi P3)

  • Intervention de Hubert de Milly, OCDE / DCD-CAD

"Qu'est-ce qui a changé de la Déclaration de Paris à la Déclaration d'Accra ? Qu'attendre de la Confénce de Doha sur les questions de déboursements ?" (version flag-fr.gif)


2. Comment accélérer le déboursement des aides projet et des aides sectorielles ?

Les deux questions de la conditionnalité et des procédures se posent pour les aides projets et programmes comme pour l’aide budgétaire, mais dans des termes différents. S'agissant des aides projet et des aides sectorielles, quels sont, dans une perspective d'accélération des déboursements, le degré et les modalités optimaux d’implication de l’administration nationale dans leur gestion ? Quel rôle devraient jouer les représentations locales des bailleurs de fonds ? Les instruments de l’aide sont-ils adaptés pour permettre aux pays de faire face à la crise financière ?


3. Comment accélérer le déboursement des aides budgétaires ?

Deux questions essentielles et liées seront examinées. Doit-on modifier les procédures et, dans ce cadre, comment harmoniser les interventions des différents bailleurs et les aligner sur les systèmes nationaux des pays bénéficiaires ? Doit-on réformer la conditionnalité et substituer une conditionnalité fondée sur les résultats à une conditionnalité fondée sur les mesures de politique économique ?

  • Intervention de Jan Willem Gunning, Professeur à l’Université libre d’Amsterdam

"Aid Effectiveness : can it be improved ?" (Document de travail Ferdi, P2)


4. Comment l’aide peut-elle servir à éviter que la crise financière compromette la croissance africaine ?

La crise financière donne une perspective nouvelle à la question de l’accélération des déboursements. En même temps que la question du volume et des délais de l’aide, se trouve posée celle de la structure d’aide optimale pour accélérer les déboursements en vue de l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement. Dans le contexte de la crise financière, quelles sont les priorités à faire valoir à la Conférence de Doha pour accélérer efficacement les déboursements de l’aide ?

En présence notamment de Madame Obiageli Ezekweseli, Vice-présidente pour la Région Afrique de la Banque mondiale, de Madame Bénédicte Vibe Christensen, Directrice-adjointe du Département Afrique du Fonds Monétaire International, de Jean-Michel Severino, Directeur Général de l'Agence Française de Développement et de nombreux représentations internationales et régionales en poste à Dakar, le Président Abdoulaye Wade a conclu les travaux et clôturé le colloque par une allocution centrée sur la situation sénégalaise.

Le colloque a donné lieu à la rédaction d'une synthèse finale des travaux réalisée sous la direction du Professeur Adama Diaw de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis et du Professeur Jacky Mathonnat, Vice Président à l'Université d'Auvergne en Charge des Relations internationales et membre du CERDI

Synthèse finale des travaux (version flag-fr.gif)


Les organisateurs et les participants du colloque tiennent à adresser leurs vifs remerciements à l'Ambassade d'Allemagne et à l'Ambassade de France au Sénégal pour l'attention toute particulière que ces dernières ont portée aux débats et pour l'accueil qu'elles ont bien voulu leur réserver.



 

 

Colloque sur l'aide

Colloque organisé avec la Présidence de la République du Sénégal sur le thème « Accélération des déboursements et efficacité de l’aide. Entre Accra et Doha et dans un contexte de crise»

A l'initiative de Son Excellence Maître Abdoulaye Wade, Président de la République du Sénégal, en coopération avec la Ferdi et son Président, le Professeur Patrick Guillaumont, une réunion d’experts s'est tenue à Dakar les 28 et 29 octobre 2008 sur le thème "Accélération des déboursements et efficacité de l’aide publique au développement, entre Accra et Doha, et dans un contexte de crise".

Programme du colloque (version flag-fr.gif)

La réunion a permis à une cinquantaine d’experts de haut niveau de parvenir à des conclusions qui puissent être utilisées par la suite dans le dialogue international. Quatre questions ont articulé les travaux :

1. Pourquoi faut-il accélérer les déboursements de l’aide et quels en sont les risques et les difficultés ?

L’absorption de l’Aide Publique au Développement (APD) pose à la fois une question d’équilibre macroéconomique et une question de capacité administrative. L’analyse des expériences en cours dans des pays africains présentera l’état des lieux sur les délais de mise en œuvre des projets et examinera les progrès accomplis de la Déclaration de Paris (mars 2005) à la Déclaration d’Accra (septembre 2008) sur l’efficacité de l’aide. Répondent-ils à la préoccupation d’accélérer les déboursements ? Que peut-on en attendre pour la Conférence de Doha (novembre 2008) sur le financement du développement ? En quoi la crise financière modifie-t-elle les données du problème ?
 

  • Intervention de Sylviane Guillaumont Jeanneney, Professeur émérite au CERDI, Université d'Auvergne

« Quels sont les obstacles à l’accélération des déboursements ? La capacité d’absorption de l’aide et l’efficacité de l’aide dépendent de ses modalités » (document de travail Ferdi P3)

  • Intervention de Hubert de Milly, OCDE / DCD-CAD

"Qu'est-ce qui a changé de la Déclaration de Paris à la Déclaration d'Accra ? Qu'attendre de la Confénce de Doha sur les questions de déboursements ?" (version flag-fr.gif)


2. Comment accélérer le déboursement des aides projet et des aides sectorielles ?

Les deux questions de la conditionnalité et des procédures se posent pour les aides projets et programmes comme pour l’aide budgétaire, mais dans des termes différents. S'agissant des aides projet et des aides sectorielles, quels sont, dans une perspective d'accélération des déboursements, le degré et les modalités optimaux d’implication de l’administration nationale dans leur gestion ? Quel rôle devraient jouer les représentations locales des bailleurs de fonds ? Les instruments de l’aide sont-ils adaptés pour permettre aux pays de faire face à la crise financière ?


3. Comment accélérer le déboursement des aides budgétaires ?

Deux questions essentielles et liées seront examinées. Doit-on modifier les procédures et, dans ce cadre, comment harmoniser les interventions des différents bailleurs et les aligner sur les systèmes nationaux des pays bénéficiaires ? Doit-on réformer la conditionnalité et substituer une conditionnalité fondée sur les résultats à une conditionnalité fondée sur les mesures de politique économique ?

  • Intervention de Jan Willem Gunning, Professeur à l’Université libre d’Amsterdam

"Aid Effectiveness : can it be improved ?" (Document de travail Ferdi, P2)


4. Comment l’aide peut-elle servir à éviter que la crise financière compromette la croissance africaine ?

La crise financière donne une perspective nouvelle à la question de l’accélération des déboursements. En même temps que la question du volume et des délais de l’aide, se trouve posée celle de la structure d’aide optimale pour accélérer les déboursements en vue de l’atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement. Dans le contexte de la crise financière, quelles sont les priorités à faire valoir à la Conférence de Doha pour accélérer efficacement les déboursements de l’aide ?

En présence notamment de Madame Obiageli Ezekweseli, Vice-présidente pour la Région Afrique de la Banque mondiale, de Madame Bénédicte Vibe Christensen, Directrice-adjointe du Département Afrique du Fonds Monétaire International, de Jean-Michel Severino, Directeur Général de l'Agence Française de Développement et de nombreux représentations internationales et régionales en poste à Dakar, le Président Abdoulaye Wade a conclu les travaux et clôturé le colloque par une allocution centrée sur la situation sénégalaise.

Le colloque a donné lieu à la rédaction d'une synthèse finale des travaux réalisée sous la direction du Professeur Adama Diaw de l'Université Gaston Berger de Saint-Louis et du Professeur Jacky Mathonnat, Vice Président à l'Université d'Auvergne en Charge des Relations internationales et membre du CERDI

Synthèse finale des travaux (version flag-fr.gif)


Les organisateurs et les participants du colloque tiennent à adresser leurs vifs remerciements à l'Ambassade d'Allemagne et à l'Ambassade de France au Sénégal pour l'attention toute particulière que ces dernières ont portée aux débats et pour l'accueil qu'elles ont bien voulu leur réserver.



 

 

Conférence du FMI : Coordination fiscale en UEMOA : Évaluer le passé et tracer l’avenir

Participation d'Anne-Marie Geourjon, Ferdi : "Les accises: un potentiel inexploité de recettes "

L’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) est une des régions du monde où la coordination fiscale entre États souverains est la plus avancée. Celle-ci s’explique en partie par une histoire commune, mais elle est également le résultat des efforts de la Commission de l’UEMOA. À titre d’exemple, alors que l’Union Européenne peine à établir une réelle coordination de l’impôt sur les sociétés, l’UEMOA a défini l’assiette de cet impôt et encadré son taux entre 25% et 30%. Cette intégration fiscale vient compléter l’union douanière et monétaire..

Programme et contenu de la conférence sur le site internet du FMI

 

  • 1
  • 2