Indéfini
Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Politique de change et développement durable dans les pays à faible revenu

Conférence organisée par la Banque de France et la Fondation pour les études et recherches sur le développement international (Ferdi), en association avec l'Agence française de développement (AFD).

Les enjeux des choix de politique de change dans les pays à faible revenu

La politique de change des pays pauvres doit s’inscrire dans une stratégie de développement économique durable, visant une croissance économique rapide, inclusive ou pro-pauvres et respectueuse de l’environnement, ainsi qu’une insertion dans la mondialisation économique et financière.

La politique de change détermine tant les conditions d’échange entre la monnaie nationale et étrangères (réglementation des changes) que leur prix (régime de change, évolution du taux de change). Elle a des implications directes et à court terme sur les échanges internationaux des pays, en particulier commerciaux et financiers, mais aussi sur leur situation économique interne (activité économique, inflation, soldes budgétaires). Elle possède également des effets majeurs sur la dynamique économique à plus long terme, et donc sur les trajectoires de développement des pays à faible revenu, à la fois dans leur dimension économique (croissance à long terme), sociale (répartition des revenus) et environnementale (gestion des ressources naturelles et changement climatique).

Dans les pays à faible revenu, le choix de la politique de change est marqué par leurs spécificités : i) des économies de petite taille, fortement  dépendantes du commerce international et vulnérables aux chocs de termes de l’échange, en particulier exposés à la volatilité des cours de quelques produits primaires (cf. conférence BDF-FERDI de 2017) ; ii) une dépendance forte aux financements extérieurs (aide publique au développement, transferts de migrants), associée à un développement financier et une intégration à la finance mondiale faibles mais croissants (cf. conférence BDF-FERDI de 2014) ; iii) une impuissance face à la volatilité des devises de leurs partenaires développés ou émergents, et les risques induits d’instabilité financière. iv) des faiblesses institutionnelles, rendant incertaine la mise en œuvre efficace des autres volets de la politique économique ; v) une grande vulnérabilité au réchauffement climatique et aux catastrophes naturelles. 

La politique de change des pays à faible revenu doit s’inscrire dans une stratégie de développement économique durable, visant une croissance économique rapide, inclusive ou pro-pauvres et respectueuse de l’environnement, ainsi qu’une insertion dans la mondialisation économique et financière.

Objectif de la conférence

L’objectif de la conférence était de mettre un relief les avancées les plus récentes de la recherche économique sur les effets de la politique de change à long terme et l’expérience acquise par les acteurs de terrain, pour identifier quelles politiques de change sont les plus adaptées aux stratégies de développement des pays à faible revenu, notamment dans le cadre d’unions monétaires existantes ou projetées. La diversité des intervenants, en provenance d’Afrique et d’ailleurs, académiques ou praticiens offrant une large palette d’expérience, a permis d’éclairer les enjeux de la politique de change quant aux trois thèmes fondamentaux du développement durable :

  1. la croissance économique dans des pays à croissance démographique forte
  2. la répartition des revenus, en particulier  l’évolution de la pauvreté,
  3. le changement climatique qui justifie une action tant de modération que d’adaptation et plus généralement la préservation de l’environnement

A lire sur The conversation : Comprendre les liens entre politique de change et développement durable dans les pays à faible revenu

 

Programme et présentations

9:00 – 10:00 am

 

Ouverture / Opening

Olivier Garnier, Directeur général des études et des relations internationales à la Banque de France / Director General for Economics and International relations of Banque de France

Philippe Bauduin, Directeur général adjoint de l’AFD / Deputy General Director of AFD

Patrick Guillaumont, Président de la Ferdi / President of Ferdi

10:00 – 10:45 am

 

Conférence inaugurale
Inaugural conference

José Antonio Ocampo, Professeur, Université de Columbia et Président du Comité des politiques de Développement des Nations Unies/ Professor, Columbia University and President of the United nations Committee for Development Policy

Présentation : Economic development and exchange rate policies

10:45 – 11:00 am

Pause-café / Coffee break

11:00 – 12:00 am

 

 

Session 1 : Politique de change et croissance économique à long terme

L’objectif de la session est d’analyser l’influence des régimes des changes sur la croissance des économies, en particulier sur leur dynamique de long terme.

Modérateur / Moderator:

Vincent Caupin, Directeur du Département Diagnostics Économiques et Politiques Publiques, AFD / Director of the Economic and Public Policy Diagnostics Department , AFD

Présentation introductive / Introducing presentation:

Ibrahim Elbadawi, Président du Fonds Euroméditerranéen des Instituts de sciences économiques (FEMISE) et Directeur général de l’Economic Research Forum (ERF) / President of FEMISE and General Director of ERF

Présentation : Exchange Rate Undervaluation, Economic Institutions and Exports Performance: Evidence from Firm-Level Data

Discussion :

Agnés Benassy-Quéré, Professeur, Université Paris 1 - Ecole d’économie de Paris, membre du Haut Conseil de Stabilité Financière / Professor, University of Paris I - Paris School of Economics, member of the High Council for Financial Stability

Présentation : discussion du papier "Exchange rate undervaluation, economic institutions and export performance: evidence from firm-level data" par Ibrahim Elbadawi and Chahir Zaki

Patrick Plane, Directeur de Recherche, Cerdi-CNRS, Université Clermont Auvergne/ Research Director, Cerdi-CNRS, Clermont Auvergne University

Présentation : Foreign exchange policy and sustainable development in low-income countries

Cyril Rousseau, sous-directeur des affaire multilatérales et du développement à la direction générale du Trésor / Deputy Director of Multilateral Affairs and Development at the General Directorate of the Treasury

12:00 am – 1:30 pm

Déjeuner / Lunch

 

1:30 – 2:30 pm

Session 2 : Politique de change et répartition des revenus

L’objectif de la session est de comprendre quels sont les mécanismes par lesquels le régime de change et l’évolution du taux de change affectent la répartition des revenus et la pauvreté.

Modérateur / Moderator:

Samuel Guerineau, Doyen de l’École d’économie, Université Clermont Auvergne -Cerdi / Director of Ecole d’Economie, Clermont Auvergne University - Cerdi

Présentation introductive / Introducing presentation:

Andrew Berg, Directeur adjoint, Institute for Capacity Development, FMI / Deputy Director of the IMF’s Institute for Capacity Development

Présentation : Exchange rate policy and inequality

Discussion :

Pierre-Richard Agénor, Professeur, Université de Manchester - Senior Fellow Ferdi / Professor, University of Manchester - Senior Fellow FERDI

Présentation : Integrated inflation targueted

Aly Mbaye, Directeur de l’Institut Africain de Développement Durable et Research visiting fellow at the Brookings / Director of the African Sustainable Development Institute and Research visiting fellow at the Brookings

Présentation : Foreign Exchange Policy and Income Distribution: Lessons from Liberia

Vera Songwe, Secrétaire exécutive, Commission économique pour l'Afrique des Nations Unies / Executive Secretary, Economic Commission for Africa of the United Nations (by video)

2:30 – 3 :30 pm

 

Session 3 : Politique de change, environnement et changement climatique

L’objectif de la session est de comprendre comment l’évolution des taux de change réels interagit  avec l’environnement et le changement climatique à court et long terme. Les taux de change réels déterminent les prix relatifs des biens et services comme des actifs matériels et financiers, et affectent l’évolution relative des secteurs économiques et leur répartition spatiale.

Modérateur / Moderator:

Sébastien Treyer, Directeur général, IDDRI / Executive Director, IDDRI

Présentation introductive / Introducing presentation:

Jean-Louis Arcand, Professeur, Institut de hautes études internationales et du développement de Genève - Senior Fellow Ferdi / Professor, Graduate Institute of International and Development Studies of Geneva - Senior Fellow FERDI

Présentation : Carbon emissions and the real exchange rate

Discussion :

Gaël Giraud, Chef économiste, Agence Française de Développement (AFD) / Chief Economist, French Development Agency (AFD)

Jie He, Professeure, Département d’Économique, Faculté d’Administration, Université de Sherbrooke (par video) / Professor, Department of Economics, Administration Faculty, University of Sherbrooke (by video)

Présentation : Politiques de change des pays à faible revenu et réchauffement climatique : l’impact du taux de change réel sur les émissions de CO2 et la déforestation

Roland Kangni Kpodar, Chef de division adjoint, Fonds monétaire international (FMI) - Senior Fellow Ferdi / Deputy Division Chief, International Monetary Fund (IMF) - Senior Fellow FERDI

Présentation : Comments on foreign exchange policy, environment and climate change

3:30 – 3:45 pm

Pause-café / Coffee break

 

3:45 – 5:00 pm

 

Table ronde :

Quelles politiques monétaires et de change pour un développement durable dans les pays à faible revenu ?

La politique de change des pays à faible revenu doit s’inscrire dans une stratégie de développement économique durable, visant une croissance économique rapide, inclusive et respectueuse de l’environnement, ainsi qu’une insertion dans la mondialisation économique et financière. Les intervenants de la table ronde sont invités à donner leur opinion quant aux instruments ou actions contribuant à cet objectif.

Modérateur / Moderator:

Bruno Cabrillac, Directeur général adjoint des Études et des relations internationales, Banque de France/ Deputy Director General of Economics and International Relations, Banque de France

Panel :

Shantayanan Devarajan, Directeur de la Recherche, Banque mondiale / Director of Research of the World Bank Group

Sylviane Guillaumont-Jeanneney, Conseiller spécial pour les politiques de développement, Ferdi / Special advisor on development policies, Ferdi

Anne-Marie Gulde-Wolf, Directrice adjointe du Département Afrique, FMI/ Deputy Director of the IMF’s African Department

Daniel Ona Ondo, Président de la commission de la CEMAC / President of the CEMAC Commission

 

5:00 – 5:15 pm

Conclusion / Closing remarks

 

 

 

Agricultural value chains development and smallholder competitiveness

Photo by Johny Goerend on Unsplash Workshop organised by the Agence française de développement and FERDI.

Workshop / Atelier

"Agricultural value chains development and smallholder competitiveness" / "Chaînes de valeur agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale"

Thursday November 15, 2018, in Paris / Jeudi 15 novembre 2018 à Paris

Organized by / Organisé par la Ferdi et l'AFD

 

Supply chains in food systems have been undergoing massive and rapid changes. This is happening not only in industrialized countries, but also in developing countries, including Sub-Saharan Africa where agriculture is dominated by smallholder farmers. Changes have been associated with income growth, urbanization, new diets with greater diversity in food consumption, and the emerging supermarket revolution. These changes are creating clear gains for consumers but also a new reality for smallholder farmers to which they need to adapt, implying a threat to their survival if they don’t and an opportunity for income gains if they do. The threat is that they will be displaced by imported foods and vertically integrated production systems in catering to domestic consumers. With smallholder farmers accounting for the vast majority of the poor, social implications of failure to adapt can be enormous, resulting in social disruption and mass migration. The opportunity is to access dynamic and remunerative markets that support the adoption of technological change, the diversification of production systems, investments in quality, and rising welfare standards. Key for opportunities to prevail over threats is smallholder inclusiveness and responsiveness to changing food supply chains, with particular emphasis on the role of producer organizations, contracting schemes, quality recognition and technology adoption.

How to achieve this was explored in this workshop. The agenda focused on four issues:

      1. How do changes in food supply chains drive agricultural and rural transformations, creating threats and opportunities for smallholder farmers?

      2. What are options for smallholder inclusiveness in transformed supply chains?

      3. How to design contracts for smallholder competitiveness and welfare?

      4. How to create quality recognition in markets and support smallholder responsiveness?

The workshop brought together researchers and practitioners addressing these issues. It took the form of presentations, discussion, and extensive panel consultations, resulting in an updated perspective in using agriculture for development ten years after publication of the World Development Report on this subject.

Some concluding comments

by Johan Swinnen
Leuven University and LICOS

 

 

 

 

 

To read :

de Janvry, A.,  Macours K., Sadoulet, E. (eds) (2017) Learning for adopting: Technology adoption in developing country agriculture, Ferdi, 120 p.

 

 

On November 15 2018, FERDI organized in partnership with AFD a workshop in Paris on agricultural value chains and smallholder competitiveness.

This annual meeting on agriculture’s role for development, proposed by FERDI with the support of Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, aims at providing an overview of the results derived from research in this area, and to study how it can improve public policies.

The objective of the workshop "Agricultural value chain development and smallholder competitiveness" was to explore how to include smallholder farmers from developing countries into new agricultural value chains, and how to use this inclusion as a modernization tool for this familial agriculture”.

The workshop was organized in two sessions – one on the impact of value chains on development, the other on measures to be taken to include smallholder farmers in value chains – and a round table gathering development stakeholders involved in this effort : the Avril Foundation, the Farm Foundation and Proparco from AFD.

The workshop brought together an audience of about forty people around the speakers:

  • Christophe Angely, Ferdi
  • Gaëlle Balineau, AFD
  • Tanguy Bernard, Bordeaux University, IFPRI
  • Catherine Bureau, Avril Foundation
  • Christophe du Castel, AFD
  • Marie-Hélène Collion, World Bank advisor
  • Jean-Christophe Debar, FARM Foundation
  • Vianney Dequiedt, Cerdi - Clermont Auvergne University
  • Patrick Guillaumont, FERDI
  • Alain de Janvry, University of California at Berkeley, FERDI
  • Frédéric Lançon, CIRAD
  • Raphaël Plihon,  Proparco
  • Johan Swinnen, Louvain University

Workshop feedbacks

The workshop focused on determining the contribution of agricultural value chains to agricultural growth and to poverty reduction, and how smallholder farmers can be involved in these chains.

Why organize a workshop on this topic?

As an introduction, Patrick Guillaumont (FERDI) reminded the audience of the upcoming publication of the World Bank's annual World Development Report. This report focuses on value chains, but without mentioning agriculture explicitly. However, for many years now, research and particularly that done by Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet tends to show the crucial role that agriculture can play in economic growth and poverty reduction in developing countries. In this context, excluding agriculture from a discussion of value chains seems to be an omission that should be remedied.

In what are the value chains “new”?

The agricultural and food sectors are undergoing deep and rapid changes in developing countries. Changes in the eating habits of an increasingly urban population and increases in domestic demand for high-value food products (processed foods, new consumption, etc.) are reforming value chains in developing countries, which are driven by consumer demand. The structure of value chains itself is changing with different levels of coordination and interaction between stakeholders, and with agro-industry and supermarkets taking an increasingly important place.

The challenge for agriculture in developing countries is double: to develop agricultural value chains to meet domestic market demand and remain competitive with imported products and, on the other hand, to include smallholder producers in these new value chains.

The stake for smallholders

Value chain development is a potential source of growth for the agricultural sector by contributing to the modernization and transformation of agriculture. Agricultural value chains can be a lever for growth and the reduction of extreme poverty if small producers can be included in value chains.

Contracts or wages from the chain stakeholders (suppliers, cooperatives, processors, etc.) offer smallholder farmers a promise of increased income or modernization. Contracts can be an effective instrument for accessing products and services that are not directly accessible through the market, such as inputs, credit, insurance, technical assistance, quality control, and price guarantees. Inclusion in a value chain therefore represents a strong opportunity to increase smallholder farmers’ standards of living, but inclusion is difficult for them: contracts are complex to define and to implement for both producers and trading partners.

How to promote the development of value chains and the inclusion of smallholders?

Several factors make an agricultural value chain potentially effective:

  • Organizational capacity of stakeholders in the value chain (producer and interprofessional organizations)
  • Ability to include and retain local producers
  • Ability to find financing (e.g. investment funds)
  • Ability to produce high value-added products (good quality product, with packaging, as part of a marketing approach with a business plan)
  • Recognition of product quality (e.g. through certification). If the quality of production is important, recognition of this quality (other than through an uncertain and insufficient visual analysis) and its certification are essential to the effectiveness of a value chain.
  • A secure market in terms of outlets and prices
  • A developed domestic market

Several factors foster the inclusion of small holders:

  • Their ability to become small investors
  • Their ability to organize and negotiate
  • Their ability to transform their farming methods while protecting their food security

However, value chains do not emerge spontaneously. Governments and donors therefore have an important role to play in terms of organization, initial investment, and regulation.

In the same way, inclusion of small producers in a value chain requires giving them the necessary assets in terms of land, work tools, and skills. Also in this context, the intervention of the government or development operators is necessary.

As a conclusion,

The leverage capability of agricultural value chains development is still too underestimated by governments and development actors. This workshop provided an opportunity to address and debate a number of issues related to the development of value chains and, the inclusion of smallholder farmers. It is a vast subject, with great promises for both research and development programmes, and it deserves sustained attention.

Some concluding comments

by Johan Swinnen
Leuven University and LICOS

 

Power points :

Alain de Janvry, Elisabeth Sadoulet : Changes in food value chains and opportunities for agricultural and rural transformations

 

 

 

 

Johan Swinnen : Inclusive Value Chains, Agricultural Development and Poverty Reduction

 

 

 

 

Frédéric Lançon : Agricultural Value chains inclusiveness and domestic demand

 

 

 

 

Marie-Hélène Collion : Small holder inclusion in VC through Productive Alliances (PA): 13 years of World Bank  experience in LAC

 

 

 

Vianney Dequiedt : Product quality in supply chains

 

 

 

Tanguy Bernard : Markets for Lemons in African agriculture - Wheat in Ethiopia

 

Thursday November, 15th / Jeudi 15 novembre

14.00 – 14.10

Opening remarks

Patrick Guillaumont, President of Ferdi  / Président de la Ferdi

14.10 – 15.25

Session 1: Value chains and development

Chair: Christophe Angely, Head of Strategy of Ferdi / Directeur de la stratégie de la Ferdi

  • Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

"Changes in food supply chains and opportunities for agricultural and rural transformations"

  • Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain, LICOS

"Supply Chain development and options for smallholder inclusiveness"

  • Frédéric Lançon, Economist at CIRAD / Economiste au CIRAD

"Value chains inclusiveness and domestic demand"

Discussant: Marie-Hélène Collion, Consultant to the World Bank, Agriculture and Rural Development / Consultante à la Banque mondiale, Agriculture développement rural

15.45 – 17.00

Session 2: Incentives for smallholder participation

Chair: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

  • Vianney Dequiedt, Vice-President in charge of Collegiums et Professor at the Cerdi, Auvergne Clermont University / Vice-Président en charge des Collegiums et Professeur au Cerdi, Université Clermont Auvergne

"Promoting quality in agri-food supply chains"

  • Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD

"Experiences in smallholder inclusion: contracting, certification and fair trade"

  • Tanguy Bernard, Professor at Bordeaux University and IFPRI / Professeur à l'Université de Bordeaux et IFPRI

"Quality recognition in markets and smallholder responsiveness"

Discussant: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

17.00 – 18.00

Panel discussion: What can be done to promote smallholder competitiveness in restructured supply chains, with an emphasis on the roles of quality recognition and contacting?

Chair : Alain de Janvry, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

Introductory comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain

Catherine Bureau, Deputy Director for programs at the Fondation Avril /  Directrice déléguée aux programmes de la Fondation Avril

Jean-Christophe Debar, Director at FARM Fondation / Directeur de la fondation FARM

Raphaël Plihon,  Deputy Head Manufacturing, Proparco / Adjoint industrie, Proparco

Concluding comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain, LICOS

 

Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI
ICABR-World Bank meeting, Washington D.C., June 13-15, 2018
 
Vianney Dequiedt, Universite Clermont Auvergne, CNRS, CERDI
 
Marie-Hélène Collion, Lead Agriculturist, LCSAR (Latin America and Caribbean region, Agriculture and Rural Development), World Bank.
 
Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD
 
André Devaux, Latin American Regional Program for the International Potato Center (CIP), Quito, Ecuador, Maximo Torero, Division of the International Food Policy Research Institute, Jason Donovan, World Agroforestry Centre (ICRAF), Lima, Peru, and Douglas Horton, independent applied researcher and evaluator.
 
Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI with Tanguy Bernard and Kyle Emerick
 
Gashaw T. Abate, IFPRI, MTID and Tanguy Bernard, University of Bordeaux, IFPRI

 

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Chaînes de valeur agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale

Photo by Johny Goerend on Unsplash Cet atelier organisé par l'Agence française de développement et la Ferdi a pour objectif d’explorer les conditions de la compétitivité de l’agriculture familiale face aux nouvelles chaînes de valeurs agricoles.

Workshop / Atelier

"Agricultural value chain development and smallholder competitiveness" / "Chaînes de valeur agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale"

Thursday November 15, 2018, in Paris / Jeudi 15 novembre 2018 à Paris

Organized by / Organisé par la Ferdi et l'AFD

Les filières agricoles et alimentaires sont en cours de changements profonds et rapides. Ceci a lieu non seulement dans les pays industrialisés mais aussi dans les pays en voie de développement, y compris en Afrique sub-Saharienne où l’agriculture est dominée par les entreprises familiales. Ces changements ont leur origine dans l’augmentation des revenus, l’urbanisation, les nouveaux régimes alimentaires avec la consommation d’une plus grande diversité de produits, et la révolution de la distribution avec la présence croissante des supermarchés. Ces changements créent des gains évidents pour les consommateurs, mais aussi une nouvelle réalité pour les paysans à laquelle ils doivent s’adapter, ce qui implique une menace pour leur survie s’ils ne le font pas et une opportunité de gains de revenu s’ils le font. La menace est d’être  « remplacée » dans leur accès aux consommateurs domestiques par des aliments importés et une production domestique dans des systèmes verticalement intégrés. Avec la petite agriculture incluant la grande majorité des pauvres à l’échelle mondiale, les implications sociales de l’échec peuvent être énormes, devenant la source de tensions sociales et d’une émigration rurale massive. L’opportunité est d’accéder à des marchés dynamiques et rémunérateurs qui rendent possible l’adoption du changement technologique, la diversification des systèmes de production, l’investissement dans l’amélioration de la qualité, avec pour résultat l’amélioration des standards de vie. Pour que les opportunités prennent le pas sur les menaces, l’inclusion de l’agriculture familiale et sa réactivité face à l’évolution des chaines de valeurs alimentaires sont essentielles.  Dans ce contexte, différents paramètres ont un rôle important comme les organisations de producteurs, la contractualisation, la reconnaissance de la qualité, et l’adoption de nouvelles technologies.

Cet atelier avait pour objectif d’explorer les conditions de la compétitivité de l’agriculture familiale face aux nouvelles chaînes de valeurs agricoles. L’agenda est centré sur quatre questions :

  1. Comment les changements dans les filières agricoles et alimentaires affectent-ils les options de transformation agricole et rurale, créant ainsi à la fois des menaces et des opportunités pour l’agriculture familiale ?
  2. Quelles options pour l’inclusion de l’agriculture familiale dans ces chaînes de valeur transformées ?
  3. Comment rédiger des contrats bénéfiques à la compétitivité et à l’accompagnement social de l’agriculture familiale?
  4. Comment obtenir la reconnaissance de la qualité sur les marchés et soutenir la réactivité de l’agriculture familiale ?

L’atelier a réuni des chercheurs et des acteurs du développement, pour discuter de ces questions sous la forme de présentations, discussions, et consultations en panel. L’ambition, dix ans après la publication du Rapport sur le Développement dans le Monde, est d’ouvrir de nouvelles perspectives  pour que l’agriculture joue pleinement son rôle au service du développement.

 

Conclusion de l'atelier

par Johan Swinnen
Université de Louvain, LICOS

 

 

 

 

 

 

 

A lire :

de Janvry, A.,  Macours K., Sadoulet, E. (eds) (2017) Learning for adopting: Technology adoption in developing country agriculture, Ferdi, 120 p.

 

Le 15 novembre 2018, La Ferdi en partenariat avec l'AFD a organisé à Paris un atelier sur les chaines de valeurs agricoles et la compétitivité de l'agriculture familiale.

Ce rendez-vous annuel sur des sujets liés au rôle de l'agriculture pour le développement proposé par la Ferdi avec le concours d'Alain de Janvry et Elisabeth Sadoulet a pour objet de faire un état des lieux régulier de la recherche sur le sujet et d'examiner comment les résultats de la recherche peuvent intervenir pour l'amélioration des politiques publiques.

L'objectif de l'atelier "Chaines de valeurs agricoles et compétitivité de l'agriculture familiale" était de définir comment inclure les petits agriculteurs des pays en développement aux nouvelles chaînes de valeur agricoles et comment utiliser cette inclusion comme un instrument de modernisation de cette petite agriculture?

L'atelier était organisé en deux sessions -l'une sur l'impact des chaines valeurs sur le développement, la seconde sur les mesures à mettre en œuvre pour impliquer les petits producteurs à participer aux chaines de valeurs- et une table ronde réunissant des acteurs du développement impliqués dans cet effort: la fondation Avril, la fondation Farm et Proparco de l’AFD.

L'atelier a réuni un public d'une quarantaine de personnes autour des intervenants :

  • Christophe Angely, Ferdi
  • Gaëlle Balineau, AFD
  • Tanguy Bernard, Université de Bordeaux,  IFPRI
  • Catherine Bureau, Fondation Avril
  • Christophe du Castel, AFD
  • Marie-Hélène Collion, Consultante Banque mondiale
  • Jean-Christophe Debar, fondation FARM
  • Vianney Dequiedt, Cerdi - Université Clermont Auvergne
  • Patrick Guillaumont, Ferdi
  • Alain de Janvry, Université de Californie à Berkeley, Ferdi
  • Frédéric Lançon, CIRAD
  • Raphaël Plihon,  Proparco
  • Johan Swinnen, Université de Louvain, LICOS

Résultats de l'atelier

L'atelier s'est attaché à déterminer la contribution des chaines de valeur agricoles à la croissance agricole et la réduction de la pauvreté, et à la manière dont les petits producteurs peuvent être associés à ces chaines.

Pourquoi un atelier sur les chaines de valeurs agricoles?

En introduction, Patrick Guillaumont (Ferdi) a rappelé la publication prochaine du rapport annuel de la Banque mondiale sur le développement dans le monde. Ce rapport portera spécifiquement sur les chaines de valeurs et ne fait pourtant mention nulle part de l'agriculture. Or, depuis plusieurs années les recherches et notamment celles d'Alain de Janvry et Elisabeth Sadoulet, tendent à montrer le rôle capital que l'agriculture peut jouer pour la croissance économique et la réduction de la pauvreté dans les pays en développement. Dans ce contexte, exclure l'agriculture des chaines de valeurs semble être une omission à remédier.

En quoi les chaines de valeurs sont-elles "nouvelles"?

Les filières agricoles et alimentaires sont en cours de changements profonds et rapides dans les pays en développement. Les changements de comportements alimentaires d'une population de plus en plus urbaine et l'accroissement de la demande intérieure pour des produits alimentaires à haute valeur ajoutée (produits transformés, nouvelles consommations..) induisent une transformation des chaînes de valeur dans les pays en développement qui sont alors tirées par la demande. La structure même des chaines de valeur se modifie avec des niveaux de coordinations et d'interaction différents entre les acteurs, l'agro-industrie et la grande distribution prenant une place de plus en plus importante.

L'enjeu est alors double pour l'agriculture des pays en développement : il s'agit d'une part de développer les chaines de valeur agricoles pour répondre à la demande du marché intérieur et rester compétitif à l'égard des produits importés et d'autre part d'inclure les petits producteurs à ces nouvelles chaines de valeur.

L'enjeu pour les petits producteurs

Le développement des chaines de valeur est potentiellement source de croissance du secteur agricole en contribuant à la modernisation et à la transformation de l'agriculture. Les chaines de valeurs agricoles peuvent être un levier de croissance et de réduction de l'extrême pauvreté à la condition que les petits producteurs puissent être inclus aux chaines de valeur.

La passation de contrat ou le versement de salaires des intervenants de la chaine (fournisseurs, coopérative, transformateur..) aux petits producteurs sont pour ceux-ci une promesse d'augmentation de revenu ou de modernisation. Les contrats peuvent être un instrument efficace d’accès à des produits et services qui ne sont pas accessible par le marché  tels que intrants, crédit, assurance, assistance technique, contrôle qualité et garanties de prix. L'inclusion à une chaine de valeurs représente donc une forte opportunité d'accroitre leur niveau de vie mais il est difficile pour eux d'être inclus: les contrats sont difficiles à mettre en œuvre et à respecter aussi bien pour les producteurs que pour les partenaires commerciaux.

Comment favoriser le développement des chaines de valeurs et l'inclusion des petits producteurs?

Plusieurs facteurs rendent une chaine de valeur agricole potentiellement efficace :

  • La capacité d'organisation des intervenants de la chaine de valeur (organisation de producteurs, interprofession)
  • La capacité à inclure les producteurs locaux et à les fidéliser
  • La capacité à trouver des financements (fonds d'investissements par exemple)
  • La capacité à produire des produits à forte valeur ajoutée (produit de bonne qualité, avec un packaging, s'inscrivant dans une démarche marketing avec un business plan)
  • La reconnaissance de la qualité des produits (via des certifications par exemple). Si la qualité de la production est importante, la détection de cette qualité (autre que par une analyse visuelle incertaine et insuffisante) et sa certification sont essentielles à l'efficacité d'une chaine de valeur.
  • Un marché sécurisé en termes de débouchés et de prix
  • Un marché intérieur développé

Et plusieurs facteurs favorisent l'inclusion des petits producteurs :

  • Leur capacité à devenir des petits investisseurs
  • Leur capacité à s'organiser et négocier
  • Leur capacité à transformer leur mode d'agriculture tout en protégeant leur sécurité alimentaire

Toutefois, les chaines de valeurs ne se mettent pas spontanément en place. L'Etat et les bailleurs de fonds ont donc un rôle important à jouer en termes d'organisation, d'investissement de départ ou de régulation.

De même, l'inclusion des petits producteurs à une chaine de valeur nécessite de leur donner les atouts nécessaire en termes de terres, outils de travail et compétences. Dans ce cadre également, l'intervention de l'Etat ou des acteurs du développement est nécessaire.

En conclusion,

La capacité de levier du développement des chaines de valeur agricoles reste encore trop sous-estimée par les Etats et les acteurs du développement. Cet atelier a permis d'aborder et de discuter nombre de sujets liés au développement des chaines de valeurs et de l'inclusion des petits producteurs. C’est un vaste sujet, prometteur aussi bien pour la recherche que pour des programmes de développement, qui mérite une attention soutenue.

 

Conclusion de l'atelier

par Johan Swinnen
Université de Louvain, LICOS

 

Présentations power point :

Alain de Janvry, Elisabeth Sadoulet : Changes in food value chains and opportunities for agricultural and rural transformations

 

 

 

 

Johan Swinnen : Inclusive Value Chains, Agricultural Development and Poverty Reduction

 

 

 

 

Frédéric Lançon : Agricultural Value chains inclusiveness and domestic demand

 

 

 

 

Marie-Hélène Collion : Small holder inclusion in VC through Productive Alliances (PA): 13 years of World Bank  experience in LAC

 

 

 

Vianney Dequiedt : Product quality in supply chains

 

 

 

Tanguy Bernard : Markets for Lemons in African agriculture - Wheat in Ethiopia

 

Thursday November, 15th / Jeudi 15 novembre

14.00 – 14.10

Opening remarks

Patrick Guillaumont, President of Ferdi  / Président de la Ferdi

14.10 – 15.25

Session 1: Value chains and development

Chair: Christophe Angely, Head of Strategy of Ferdi / Directeur de la stratégie de la Ferdi

  • Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

"Changes in food supply chains and opportunities for agricultural and rural transformations"

  • Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain, LICOS

"Supply Chain development and options for smallholder inclusiveness"

  • Frédéric Lançon, Economist at CIRAD / Economiste au CIRAD

"Value chains inclusiveness and domestic demand"

Discussant: Marie-Hélène Collion, Consultant to the World Bank, Agriculture and Rural Development / Consultante à la Banque mondiale, Agriculture développement rural

15.45 – 17.00

Session 2: Incentives for smallholder participation

Chair: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

  • Vianney Dequiedt, Vice-President in charge of Collegiums et Professor at the Cerdi, Auvergne Clermont University / Vice-Président en charge des Collegiums et Professeur au Cerdi, Université Clermont Auvergne

"Promoting quality in agri-food supply chains"

  • Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD

"Experiences in smallholder inclusion: contracting, certification and fair trade"

  • Tanguy Bernard, Professor at Bordeaux University and IFPRI / Professeur à l'Université de Bordeaux et IFPRI

"Quality recognition in markets and smallholder responsiveness"

Discussant: Christophe Du Castel, Biodiversity Leading Expert, Agriculture’s Division, AFD / Expert référent Biodiversité, division agriculture, AFD

17.00 – 18.00

Panel discussion: What can be done to promote smallholder competitiveness in restructured supply chains, with an emphasis on the roles of quality recognition and contacting?

Chair : Alain de Janvry, Professor, University of California at Berkeley and Senior Fellow Ferdi / Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et Senior Fellow Ferdi

Introductory comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain

Catherine Bureau, Deputy Director for programs at the Fondation Avril /  Directrice déléguée aux programmes de la Fondation Avril

Jean-Christophe Debar, Director at FARM Fondation / Directeur de la fondation FARM

Raphaël Plihon,  Deputy Head Manufacturing, Proparco / Adjoint industrie, Proparco

Concluding comments: Johan Swinnen, Professor at Leuven University / Professeur à l'Université de Louvain, LICOS

 

Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI
ICABR-World Bank meeting, Washington D.C., June 13-15, 2018
 
Vianney Dequiedt, Vice-President in charge of Collegiums et Professor at the Cerdi, Auvergne Clermont University / Vice-Président en charge des Collegiums et Professeur au Cerdi, Université Clermont Auvergne
 
Marie-Hélène Collion, Lead Agriculturist, LCSAR (Latin America and Caribbean region, Agriculture and Rural Development), World Bank.
 
Gaëlle Balineau, Research Officer at AFD / Chargée de recherche à l'AFD
 
André Devaux, Latin American Regional Program for the International Potato Center (CIP), Quito, Ecuador, Maximo Torero, Division of the International Food Policy Research Institute, Jason Donovan, World Agroforestry Centre (ICRAF), Lima, Peru, and Douglas Horton, independent applied researcher and evaluator.
 
Alain de Janvry and Elisabeth Sadoulet, University of California at Berkeley and FERDI with Tanguy Bernard and Kyle Emerick
 
Gashaw T. Abate, IFPRI, MTID and Tanguy Bernard, University of Bordeaux, IFPRI
 

Audition par le Groupe d'études : coopération au développement de l'Assemblée nationale

Audition de Matthieu Boussichas (Ferdi)

Les co-présidents du groupe d'études, M. le député Bertrand Panche et Mme la députée Bérangère Poletti, ont décidé de consacrer le premier cycle de leurs travaux à la question du financement du développement afin, d’une part, de préciser les enjeux budgétaires de l’aide publique au développement et, d’autre part, de mieux appréhender les autres sources du financement de la coopération.

Matthieu Boussichas, responsable de programme à la Ferdi, a été auditionné dans ce cadre le mercredi 4 juillet.

Audition par le Groupe d'études : coopération au développement de l'Assemblée nationale

Audition de Matthieu Boussichas (Ferdi)

Les co-présidents du groupe d'études, M. le député Bertrand Panche et Mme la députée Bérangère Poletti, ont décidé de consacrer le premier cycle de leurs travaux à la question du financement du développement afin, d’une part, de préciser les enjeux budgétaires de l’aide publique au développement et, d’autre part, de mieux appréhender les autres sources du financement de la coopération.

Matthieu Boussichas, responsable de programme à la Ferdi, a été auditionné dans ce cadre le mercredi 4 juillet.

Building sustainable peace – Prevention, Resilience, Comprehensive approach

Christophe Angely, Patrick Guillaumont and Sylviane Guillaumont Jeanneney represented the FERDI at the event.

Jean-Baptiste Lemoyne, Ministry for Europe and Foreign Affairs’ secretary, opened a high-level event at the Quai d’Orsay on June 13 entitled “Building sustainable peace – Prevention, Resilience, Comprehensive approach”. It aimed at presenting France’s new strategy to respond to situations of fragility announced during the most recent Interministerial Council for Cooperation and Development on February 8, 2018.

Christophe Angely, Patrick Guillaumont and Sylviane Guillaumont Jeanneney represented the FERDI at the event.

The economist Paul Collier made an intervention during the meeting. He expressed himself as a Senior Fellow at the Ferdi and one of the authors of the report entitled "Escaping the fragility" published by the Commission on State Fragility, Growth and Development .

Patrick Guillaumont noticed the willing from stakeholders to adopt a preventive as well as a curative policy regarding to insecurity and conflict risk. He highlighted the importance to integrate this strategy into the aid allocation delivered to vulnerable countries.

Patrick Guillaumont also pointed out the FERDI’s commitment to consider vulnerability and fragility’s concept into that allocation. In that regard, the FERDI undertaken some works, in collaboration with the African Development Bank, for 10 years. These works were initially developed with the support of Donald Kaberuka, former president at the African Development Bank - who also presented the report "Escaping the fragility" in April 2018 with the former British Prime Minister David Cameron.

Picture:  based on the work of Aude Guirauden : Baobab III.

Related publications:

Batir une paix durable. Prévention, résilience, approche globale

La Ferdi était représentée à cette réunion par Christophe Angely, Patrick Guillaumont et Sylviane Guillaumont Jeanneney.

Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a ouvert mercredi 13 juin au Quai d’Orsay l’événement de haut niveau « Bâtir une paix durable - Prévention, Résilience, Approche globale » pour présenter la nouvelle stratégie française de réponse aux fragilités annoncée lors du dernier conseil interministériel pour la coopération et le développement le 8 février 2018.

La Ferdi était représentée à cet événement par Christophe Angely, Patrick Guillaumont et Sylviane Guillaumont Jeanneney.

Lors de cette rencontre, après les différentes présentations des personnes invitées, s'est exprimé Paul Collier, Senior Fellow de la Ferdi et un des auteurs du rapport "Escaping the fragility" édité par la Commission on State Fragility, Growth and Development.

De son côté, Patrick Guillaumont, prenant acte de la volonté des parties prenantes d'adopter une politique préventive, autant que curative à l'égard de l'insécurité et du risque de conflits, a souligné l'importance de le faire aussi et d'abord dans l'allocation de l'aide accordée aux pays fragiles.

Il a rappelé l'engagement de la Ferdi pour promouvoir la prise en compte de la vulnérabilité et de la fragilité dans cette allocation, indiquant que des travaux avaient été entrepris par la fondation depuis 10 ans sur ce sujet en collaboration avec la Banque africaine de développement (BAfD) et initialement avec le soutien de Donald Kaberuka alors président de la BAfD, qui a lui-même présenté en avril dernier le rapport  "Escaping the fragility" en présence de l'ancien premier ministre britanique David Cameron.

image :  d'après l'oeuvre de Aude Guirauden : Baobab III.

Publications en lien :