Français

Regional seminar - Modernization of customs procedures and controls in major West African seaports.

Anne-Marie Geourjon, FERDI Head of program, was an IMF expert attendee.

This regional seminar was organized by the Fiscal Affairs Department (FAD) of the International Monetary Fund (IMF). It is part of the three-year technical assistance programme (2017-2019) financed by Japan with the Technical Assistance Centre for Central Africa (AFRITAC Centre). This assistance programme aims to strengthen customs procedures and controls in West African ports. It is designed for six countries, including three English-speaking countries (Ghana, Liberia, and Nigeria) and three French-speaking countries (Benin, Côte d'Ivoire and Togo).

The seminar held in Abidjan from 25 to 27 September 2018 focused on three main themes: (1) the use of mirror data by Customs; (2) the automation of risk analysis for pre-release verifications; and (3) the monitoring and surveillance of goods in transit. See programme.

Anne-Marie Geourjon, FERDI Head of programme, was an IMF expert attendee. Her intervention focused on :

Séminaire régional – Modernisation des procédures et contrôles douaniers dans les grands ports maritimes de l’Afrique de l’Ouest

Anne-Marie Geourjon, responsable de programme Ferdi, intervenait à ce séminaire en tant qu'expert FMI.

Ce séminaire régional était organisé par le Département des finances publiques (FAD) du Fonds monétaire international (FMI). Il s'inscrit dans le cadre du programme d’assistance technique d’une durée de trois ans (2017-2019) financé par le Japon en liaison avec le Centre d’assistance technique pour l’Afrique centrale (AFRITAC Centre). Ce programme d'assistance vise le renforcement des procédures et des contrôles douaniers dans les ports des pays de l’Afrique de l’Ouest. Il s’adresse à six pays dont trois pays anglophones (Ghana, Liberia et Nigeria) et trois pays francophones (Bénin, Côte d’Ivoire et Togo).

Le séminaire organisé à Abidjan du 25 au 27 septembre 2018 focalisait sur trois thèmes principaux : (1) l’exploitation des valeurs miroirs par la douane; (2) l’automatisation de l’analyse du risque pour la sélection des vérifications; et (3) le suivi et la surveillance des marchandises en transit. Voir programme.

Anne-Marie Geourjon, responsable de programme Ferdi, est intervenue à ce séminaire en tant qu'expert FMI. Ses interventions ont porté sur :

 

Africa Resilience Forum

African resilience forum Patrick Guillaumont and Tertius Zongo were speakers on issues related to the security-development-humanitarian nexus, the challenges and opportunities of the Sahel and Lake Chad regions.

The Africa Resilience Forum is organised by the African Development Bank and it aims to explore and discuss the innovative options contributing to the implementation of the Bank's five strategic priorities, called High 5: Light up & power Africa, Feed Africa, Industrialize Africa , Integrate Africa, Improve the quality of life for the people of Africa.

Organised on February 8- 9, 2018 in Abidjan, the second edition of the Forum hosted more than 300 people on the theme “Building Resilience at the Bottom of the Pyramid.”

Tertius Zongo, former Prime Minister of Burkina Faso, Senior Fellow Ferdi and African head of the Sahel Chair [link to the page] spoke at the plenary session "Creating an enabling environment for scaling up financing of commercially viable solutions at the community level" and on the parallel workshop devoted to the challenges and opportunities of the Sahel and Lake Chad regions. [see program]

Patrick Guillaumont, President of Ferdi, spoke at the plenary session on "The Security-Development-Humanitarian nexus" with Hugh MacLeman (OECD-INCAF), AJ Morgen (IOM Burundi), Vanessa Moungar (AfDB).

 

 

Forum africain pour la résilience

African resilience forum Patrick Guillaumont et Tertius Zongo étaient invités à s’exprimer sur des sujets touchant à la corrélation entre la sécurité, le développement et l’humanitaire, sur les défis et perspectives des régions Sahel et du Lac Tchad.

Organisé par la Banque africaine de développement, le Forum africain pour la résilience a pour objectif d’explorer et d’échanger sur les options innovantes contribuant à la mise en œuvre des cinq priorités stratégiques de la Banque, dites High 5 : éclairer l’Afrique, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique, améliorer la qualité de vie des populations en Afrique [lien vers page de présentation des High 5]

Organisée les 8 et 9 février 2018 à Abidjan, la seconde édition du Forum a accueilli plus de 300 personnes et avait pour thème : Renforcer la résilience des populations au bas de la pyramide.

Tertius Zongo, ancien Premier ministre du Burkina Faso, senior fellow Ferdi et responsable africain de la Chaire Sahel était intervenant pour la session plénière « Créer un environnement propice à l’augmentation du financement de solutions commercialement viables au niveau communautaire » et sur l’atelier parallèle consacré aux défis et perspectives des régions du Sahel et du Lac Tchad. [voir programme]

Patrick Guillaumont, président de la Ferdi était intervenant pour la session plénière sur « la corrélation sécurité –développement-humanitaire : la Corne de l’Afrique » aux côtés de Hugh MacLeman (OCDE-INCAF), AJ Morgen (IOM Burundi), Vanessa Moungar (BAD).

 

 

Verbatim de l’intervention de Patrick Guillaumont:

Chaque crise est une histoire spécifique, mais chacune livre des enseignements généraux quant aux facteurs et conséquences. La situation de la Corne de l’Afrique est évidemment différente de celle du Sahel, mais elles ont des aspects communs et les enseignements tirés correspondent aux conclusions du Sommet humanitaire d’Istanbul. Le cercle vicieux pauvreté-insécurité-pauvreté (conflict trap) y est amplifié par :

- les conditions climatiques (sécheresse),
- le radicalisme religieux,
- l’opposition entre nomades et sédentaires face à la pénurie d’eau,
- la stratification ethnique et ses implications séparatistes (plus poussées en Somalie).

Les tentatives d’accord entre les parties n’ont pas abouti (pour la région Corne de l’Afrique) ou n’ont pas été appliquées (accord d’Alger pour le Sahel). Dans les deux cas la crise est régionale, avec des mouvements transfrontaliers de personnes, certes jusqu’ici plus intenses dans la Corne de l’Afrique (avec le plus grand camp de réfugiés au monde situé au Kenya), mais qui constituent une menace future pour tous les pays d’Afrique de l’Ouest, y compris pour les pays côtiers (Côte d’Ivoire).

Ainsi, les actions entreprises au niveau régional, telles le Drought Resilience and Sustainability Livehood Project dans la région de la Corne de l’Afrique ou le G5 Sahel, ont un rôle important à jouer. Elles concernent aussi les pays voisins, eux aussi fragilisés, pour rechercher des solutions et, au besoin, intervenir (Kenya, Côte d’Ivoire et CEDEAO).

Comment briser le cercle vicieux ?

La réponse « sécuritaire + humanitaire » n’a pas suffi dans la région de la Corne de l’Afrique, ni d’ailleurs au Sahel, car elle n’a pas suffisamment atteint « le bas de la pyramide ». La crise humanitaire a provoqué une réaction internationale, mais celle-ci était une réaction sécuritaire plus qu’une réaction orientée vers le développement. L’accompagnement par la politique de développement n’a pas été suffisant pour toucher aux racines de la crise. Ceci s’explique souvent par la difficulté de mise en œuvre, en particulier par la difficulté d’opérer dans des zones de grande insécurité où l’accompagnement implique des modes d’action et des procédures différents et le recours à l’action humanitaire et aux ONG locales.

L’enseignement commun est que l’action préventive est essentielle, ce qui correspond aux conclusions du Sommet d’Istanbul. Une action préventive inclut l’allocation de l’aide entre pays en fonction de la vulnérabilité économique, climatique, et de la fragilité politique. Elle implique aussi une orientation des actions de développement vers ce qui concerne le « bas de la pyramide » : éducation de base et développement rural. Comparée au coût des conflits, la rentabilité de la prévention est extrêmement élevée. Certes, nous ne sommes jamais sûrs de pouvoir prévenir, mais il est impératif d’identifier ce qui détermine la probabilité de conflits et d’événements violents, afin de pouvoir les diminuer. Pour éviter la récurrence, l’action curative rejoint au bas de la pyramide l’action préventive.

La question de la prédiction/prévention des conflits est bien revenue au cœur des préoccupations :

Extraits des Résolutions d’Istanbul – Sommet humanitaire mondial :

"Core Commitment 1: Commit to act early upon potential conflict situations based on early warning findings and shared conflict analysis, in accordance with international law".

D'ailleurs il est intéressant pour nous de noter que:

" requests that the Secretary-General develop a  comprehensive plan to strengthen conflict prevention at the United Nations based on lessons learnt and recommendations emanating from the Advisory Group of Experts on the 2015 Review of the United Nations Peacebuilding Architecture, the Report of the High-level Independent Panel on Peace Operations, and the Global Study on the implementation of resolution 1325, in time for the “World Prevention Forum” by 2020."

Le texte officiel de 25 pages contient 19 fois le mot vulnérabilité...

 

Les anciens du Cerdi


A l’issue du Forum, Patrick et Sylviane Guillaumont ont pu rencontrer les anciens du Cerdi présents à Abidjan.

 

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Is Côte d'Ivoire competitive ?

Rencontres Africa Symposium organised by FERDI during the event "Rencontres Africa" : Patrick Plane, Director of research at the CNRS, and Cerdi-Ferdi spoke on the Sustainable Competitiveness Observatory.

Is Côte d'Ivoire competitive ?

Abidjan -Sofitel Abidjan Hotel Ivoire

The Sustainable Competitiveness Observatory (SCO): an instrument for emerging Africa

 

Although Africa is increasingly becoming an appealing continent, many countries there still suffer from unfavourable conditions of investment linked to several factors as price of their services, quality of their infrastructure, robustness of their institutions or countries’ vulnerability to unpredictable political, economic, social and climatic events. Beyond intuitions, what do figures reveal about the capacity of integration to the global economy of the continent at large, of the Côte d’Ivoire more specifically?

 

FERDI has developed with the Sustainable Competitiveness Observatory, an instrument to analyze economic strengths and weaknesses of the 54 African countries. The observatory aims to provide a wide set of indicators in order to better inform the decision making process.  The SCO is an innovative analytical tool based on three pillars: vulnerabilities, attractiveness, and price competitiveness. The aim of the SCO is to provide credible and reliable indicators grouped into two categories. The comprehensive nature of the Observatory makes it different from other databases designed to shed light on specific aspects of competitiveness (Doing business, World Economic forum, etc.).

The Observatory gathers the available information from a wide range of sources, an essential collection of raw data to measure sustainable competitiveness. It compares resources and outcomes, paying particular attention to both macroeconomic and microeconomic aspects, to aggregated and sectorial data. The SCO covers the whole African countries and serves the public and private interests, those of national and international firms looking for information about the economic social and political environment that conditions investment decisions. The SCO also addresses to policy makers who will find in it a useful tool to drive a higher and more diversified economic growth.

Speakers :
Jean-Claude BROU, Ministre de l’Industrie et des Mines de la Côte d’Ivoire
Patrick PLANE, Directeur de recherches au CNRS, CERDI-FERDI, France
Pascal YEMBILINE, Économiste en Chef Côte d’ivoire, Banque Africaine de Développement

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

La Côte d'Ivoire est-elle compétitive ?

Rencontres Africa Colloque organisé par la Ferdi dans le cadre des Rencontres Africa : Patrick Plane, Directeur de recherches au CNRS, Cerdi-Ferdi a présenté l'Observatoire de la compétitivité durable.

La Côte d'Ivoire est-elle compétitive ?

Abidjan -Sofitel Abidjan Hotel Ivoire

Alors que l'Afrique devient un continent de plus en plus attractif, de nombreux pays souffrent encore de conditions défavorables à l'investissement en relation avec le coût des services et la qualité des infrastructures, la robustesse des institutions ou la vulnérabilité aux facteurs politiques, sociaux, économiques ou climatiques. Au-delà des pressentiments, que disent les chiffres sur la capacité d'intégration à l’économie mondiale pour le continent en général, la Côte d’Ivoire en particulier ?

La FERDI a créé avec l'Observatoire de la Compétitivité Durable (OCD). Il s’agit d’un outil permettant de mesurer les forces et les faiblesses économiques de chacun des 54 pays africains. L'ambition de l 'OCD est de fournir un large éventail d'indicateurs de nature à aider les décideurs, nationaux et internationaux, dans la formation de leur jugement et décisions économiques. L’OCD est destiné à améliorer l’information sur les rubriques de vulnérabilité, d’attractivité et de compétitivité prix. Par son caractère englobant, l’OCD se différencie des autres bases de données qui sont plutôt conçues pour éclairer des dimensions particulières de la compétitivité (Doing business, World Economic forum, etc.).

L’observatoire rassemble le plus largement possible l’information disponible. Il met en correspondance des moyens et résultats, porte attention aux dimensions à la fois macroéconomiques et microéconomiques, aux données agrégées et sectorielles. L’OCD couvre l’ensemble de l’Afrique et s’adresse à un large public, à commencer par celui des entreprises nationales et internationales. Mais il s’adresse également aux décideurs publics africains qui trouveront dans cet instrument des informations contribuant à soutenir une croissance forte et plus diversifiée.

Intervenants :
Jean-Claude BROU, Ministre de l’Industrie et des Mines de la Côte d’Ivoire
Patrick PLANE, Directeur de recherches au CNRS, CERDI-FERDI, France
Pascal YEMBILINE, Économiste en Chef Côte d’ivoire, Banque Africaine de Développement

2nd international conference on emergence of Africa

2e conférence internationale sur l’émergence en Afrique FERDI was represented by Sylviane and Patrick Guillaumont.

The International Conference on the Emergence of Africa (ICEA) was instituted to assist the countries to position themselves on a trajectory to emergence. The first edition of the ICEA in 2015 adopted the ‘Abidjan Declaration’, which placed a premium on the critical role of the developmental State and the importance of structural transformation, all  with a view to putting the emphasis on human development and recommended the organisation every two years of a forum on good practicesas regards emergence and the establishment of aStrategic Monitoring Centre.

The Government of Côte d’Ivoire and the United Nations Development Program (UNDP), in partnership with the African Development Bank Group and the World Bank, have held the second edition of the International Conference on the Emergence of Africa (ICEA 2017), in Abidjan from March 28 to 30, 2017 under the theme “The implementation of plans for emergence in Africa”. Two sub-themes, namely “Governance of Public Institutions” and “Structural, inclusive and sustainable transformation,” were also be discussed during a high-level panel, in workshops and side-events in the presence of Heads of State and Government, civil society organizations, research institutions (some 400 experts and State and non-State representatives) from 54 African, Asian, European and American countries.

The second edition opened in the presence of the President of the Republic, His Excellency Alassane Ouattara and his hosts, Macky Sall of Senegal, Helen Johnson Sirleaf of Liberia and Alpha Condé of Guinea, Kaba Nialé, finance minister of Côte d'Ivoire, Dr. Akinwumi Adesina, President of the African Development Bank, Helen Clark, Administrator of the United Nations Development Programme (UNDP).

Tertius Zongo, former Prime Minister of Burkina Faso , Senior fellow Ferdi and co-author of the book  Linking security and development – A Plea for the Sahel chaired the 2nd plenary on Structural, inclusive and sustainable transformation.

Patrick Guillaumont, President of FERDI and Sylviane Guillaumont- Jeanneney, Advisor of FERDI participated to the conference.

More information : http://www.africa-emergence.com

2e conférence internationale sur l’émergence en Afrique

2e conférence internationale sur l’émergence en Afrique La Ferdi était représentée par Sylviane et Patrick Guillaumont.

Patrick Guillaumont, président de la Ferdi et Sylviane Guillaumont Jeanneney, conseiller à la Ferdi, étaient invités à cette conférence.

Créé en 2015, la Conférence Internationale sur l’Emergence de l’Afrique (CIEA) a été instituée dans le but de soutenir et faciliter le développement des capacités des pays africains à mieux planifier et mettre en œuvre l’émergence, mutualiser leurs expertises et documenter les bonnes pratiques en la matière. Pour sa deuxième édition la conférence a été accueillie par la Côte d’Ivoire et ouverte devant 1500 personnes par  Monsieur Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire, Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal, Madame Ellen Johnson Sirleaf, Présidente de la République du Libéria, Présidente en exercice de la CEDEAO, Monsieur Alpha Condé, Président de la République de Guinée, Président en exercice de l’Union africaine, Madame  Kaba Nialé, Ministre du Plan et du Développement, Dr. Akinwumi Adesina, Président de la Banque Africaine de Développement (AfDB), Madame Helen Clark, Administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

Tertius Zongo, ancien Premier ministre du Burkina Faso, Senior fellow Ferdi et co-auteur du plaidoyer pour la sécurité et le développement au Sahel était président de la 2e réunion plénière thématique sur la transformation structurelle, inclusive et durable.

 

Plus d’information sur : http://www.africa-emergence.com

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Partenariat avec l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI)

convention de partenariat entre l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI) et la Ferdi Signature d’une convention de partenariat entre l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI) et la Ferdi

Le 29 mars 2017 à Abidjan, Théophile Ahoua N’Doli, Président de l’Université internationale de Côte d’Ivoire et Patrick Guillaumont, président de la Ferdi ont signé une convention de partenariat en présence de Daniel Kablan Duncan, Vice- président de Côte d’Ivoire, de Ly Ramata Bakayoko, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, de Kandia Camara, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, de Pascal Abinan Kouakou, Ministre de la Fonction publique et de la modernisation et de Georges Serre, Ambassadeur de France.

Cette convention prévoit l’organisation à l’Université de conférences ou de séminaires sur des sujets touchant aux politiques de développement et l’échange d’étudiants. Dans son allocution Patrick Guillaumont a souligné l’engagement de la Ferdi au travers de son institut des hautes études du développement Durable (IHEDD) pour un projet ambitieux de formation d’excellence. L’accord est le résultat d’une longue coopération entre le Cerdi, la Ferdi, soutenus par le labex IDGM +, et les économistes ivoiriens. L’Université internationale de Côte d’Ivoire avait été inaugurée en novembre 2016.

Événement organisé par la Ferdi, seule ou en collaboration

Partenariat avec l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI)

convention de partenariat entre l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI) et la Ferdi Signature d’une convention de partenariat entre l’Université internationale de Côte d’Ivoire (UICI) et la Ferdi

Le 29 mars 2017 à Abidjan, Théophile Ahoua N’Doli, Président de l’Université internationale de Côte d’Ivoire et Patrick Guillaumont, président de la Ferdi ont signé une convention de partenariat en présence de Daniel Kablan Duncan, Vice- président de Côte d’Ivoire, de Ly Ramata Bakayoko, Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, de Kandia Camara, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, de Pascal Abinan Kouakou, Ministre de la Fonction publique et de la modernisation et de Georges Serre, Ambassadeur de France.

Cette convention prévoit l’organisation à l’Université de conférences ou de séminaires sur des sujets touchant aux politiques de développement et l’échange d’étudiants. Dans son allocution Patrick Guillaumont a souligné l’engagement de la Ferdi au travers de son institut des hautes études du développement Durable (IHEDD) pour un projet ambitieux de formation d’excellence. L’accord est le résultat d’une longue coopération entre le Cerdi, la Ferdi, soutenus par le labex IDGM +, et les économistes ivoiriens. L’Université internationale de Côte d’Ivoire avait été inaugurée en novembre 2016.