Labex IDGM+

Lancement et objectifs de l’IDGM+

L’objectif du projet IDGM+ est d’atteindre une taille minimum rendant effective la création d’un grand think-tank européen sur les questions de développement, réunissant des chercheurs français, européens et de pays du Sud et atteignant une visibilité internationale comparable à celle des plus grands think-tanks mondiaux dans le domaine, comme visé initialement par l’IDGM.


Le projet Labex IDGM+ est structuré autour de trois piliers centraux :

  • la recherche scientifique sur l’efficacité des politiques de développement, le développement durable et la gouvernance globale ;
  • une stratégie de promotion des idées facilitée par les réseaux existants des partenaires et la qualité de think-tank de la Ferdi et de l’Iddri;
  • l’incidence sur les programmes de formation proposés par les partenaires Cerdi-Ferdi et par Sciences-Po Paris où l’Iddri assure la direction scientifique de deux masters, tous reconnus dans le champ du développement international, respectivement avec des approches économique et de science politique.

 


La recherche scientifique

Le projet Labex IDGM + porte sur les thèmes de recherche suivants :



La promotion des idées

Les activités développées au sein de l’IDGM+ s’articulent autour d’une équipe et d’un réseau de chercheurs de haut niveau et autour d’une stratégie de valorisation et d’influence dynamique.

Environ 270 chercheurs sont impliqués dans le projet soit comme membres permanents des institutions partenaires, soit comme membres du réseau de chercheurs s’étant engagés à participer activement au projet. Cette équipe est pour moitié française, l’autre moitié se répartissant majoritairement entre chercheurs européens et des pays en développement. Tous ont publié dans des revues internationales de haut niveau et sont reconnus au sein de la communauté académique en économie du développement international et du développement durable.

La stratégie de valorisation et d’influence de l’initiative est mise en œuvre à travers la collaboration avec des acteurs du développement au niveau national (Agence française de développement, Ministère des Affaires étrangères et européennes, etc.), européen (Commission européenne) et international (Banque mondiale, Fonds monétaire international, Banque africaine de développement, Nations unies, etc.). Ces collaborations peuvent prendre la forme de préparation de rapports, d’organisation conjointe d’événements, de réunions d’experts, etc.

De grandes entreprises françaises peuvent également solliciter les partenaires de l’initiative afin d’obtenir des analyses rigoureuses sur des éléments influençant leur développement à l’international et particulièrement dans les pays en développement, tout en considérant l’aspect environnemental de leurs activités. Ce dernier type de partenariat vient renforcer le rôle de think-tank de l’IDGM+ à travers un appui à la sphère économique française.

 


L’incidence sur les programmes de formation

Assurer le lien entre la recherche et la définition de politiques de développement, c’est aussi permettre à des étudiants, actuels ou futurs acteurs du développement, d’étendre leurs connaissances dans les domaines couverts par l’IDGM+.

Les programmes de master et de doctorat mis en œuvre par la Ferdi, le Cerdi et l’Iddri se trouvent renforcés par les apports en ressources humaines et financières des laboratoires d’excellence. En effet, les étudiants des diverses formations bénéficient de la présence chez les trois partenaires de chercheurs de haut niveau transmettant leur savoir scientifique et leur expérience pratique du développement.
 

Par ailleurs, les formations proposées touchent un public international, issu en particulier des pays en développement, qu’il s’agisse d’étudiants pour les formations initiales ou de hauts-fonctionnaires pour les formations continues, au premier rang desquelles le programme de formation en Gestion de la Politique Economique (GPE).

Le renforcement des capacités résultant de ces activités donne également au projet une dimension pérenne.